La brèche du Sint Anthonisdijk par Jan Asselijn acquise par le Rijksmuseum


JPEG - 29.9 ko
Jan Asselijn (vers 1615-1652)
La brèche du Sint Anthonisdijk
la nuit du 5 au 6 mars 1651
, 1651
Huile sur toile - 85,5 x 108,2 cm
Amsterdam, Rijksmuseum
Photo : Sotheby’s

15/3/15 - Acquisition - Amsterdam, Rijksmuseum - C’était sans doute l’un des plus beaux tableaux des ventes de Londres en décembre dernier, et nous l’avions mis en exergue de l’article qui en parlait (voir la brève du 1/12/14) : La brèche du Sint Anthonisdijk la nuit du 5 au 6 mars 1651 de Jan Asselijn avait été adjugée pour 602 500 livres (frais inclus) chez Sotheby’s le 3/12/14. Acquise par Bob Haboldt, qui l’expose actuellement à la Foire de Maastricht, l’œuvre vient d’être acquise par le Rijksmuseum.

Nous écrivions alors : « Voilà un tableau dont on rêverait pour le Louvre qui n’a plus acheté de peintures nordiques du XVIIe siècle depuis des années… » et ceci, hélas, vient confirmer un peu plus ce que nous avons écrit dans notre article sur la Tefaf, d’autant que le Rijksmuseum écrit, sur son site, que l’œuvre est restée depuis des siècles dans une famille française1. On fera d’ailleurs remarquer que le musée d’Amsterdam avait acquis à la fin de l’année dernière (voir la brève du 13/12/14) une sculpture d’Adriaen de Vries pour la somme record de 25 millions d’euros (27,9 millions de dollars) : en rapportant cette somme à la population des Pays-Bas, cela revient exactement pour la France, quatre fois plus peuplée, à 100 millions d’euros. Quand on voit ce que fait le Rijksmuseum en si peu de temps, on ne comprend vraiment pas comment on peut prétendre qu’il serait impossible d’acquérir en trois ans les Rembrandt d’Éric de Rothschild. Tout est une question de volonté. Manifestement, le Rijksmuseum l’a.


Didier Rykner, dimanche 15 mars 2015


Notes

1L’historique donné par Sotheby’s indique que le tableau a changé de propriétaire à la fin des années 1980. Nous ne savons pas exactement depuis quand il a quitté la France.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Wadsworth Atheneum Museum of Art achète à Maastricht un tableau d’Aniello Falcone

Article suivant dans Brèves : Quand le maire de Paris voulait protéger les Serres d’Auteuil de Roland-Garros