L’Hôpital Richaud menace ruine, en plein Versailles Contenu abonnés


JPEG - 109.5 ko
1. Charles-François d’Arnaudin (1741-1805)
Hôpital Richaud, Versailles
Façade donnant sur le Boulevard de la Reine
Au centre, la chapelle
Etat le 10/2/09
Photo : D. Rykner

Tout visiteur du château de Versailles qui arrive par la gare Rive-Droite passe devant un superbe monument du XVIIIe siècle, l’Hôpital Richaud. Celui-ci est fermé depuis de longues années, et ce que l’on voir de l’extérieur est inquiétant (ill. 1 et 2). La lecture du blog « Sauver Richaud » confirme les craintes : mis à l’encan par l’Etat qui souhaite s’en débarrasser, l’édifice est incontestablement en péril. Nous avions demandé il y a quelques semaines à son propriétaire, le ministère de la Justice, l’autorisation de le visiter afin de pouvoir écrire un article en toute connaissance de cause. Il nous avait été répondu par le cabinet de Rachida Dati : « Pour des questions de sécurité, nous ne pouvons faire des visites de cet établissement qui, je vous le confirme, appartient bien au ministère de la Justice. Quant à l’avenir de ce bâtiment, il est à vendre. C’est France Domaine, du ministère du budget, qui s’occupe de cette opération. » (mail du 10/2/09).


JPEG - 82.2 ko
2. Charles-François d’Arnaudin (1741-1805)
Hôpital Richaud, Versailles
Façades donnant sur le Boulevard de la Reine
Etat le 10/2/09
Photo : D. Rykner


JPEG - 43.2 ko
3. Charles-François d’Arnaudin (1741-1805)
Hôpital Richaud, Versailles
Façades sud donnant sur la cour intérieure
Etat début 2006
Photographie extraite du filme Hospice de Versaille
(www.urban-exploration.com)

Nous comptions prendre le temps de poursuivre nos investigations. Mais la lecture d’un article récent du blog de Jean-Jacques Aillagon, le président du domaine national de Versailles, s’est révélé si inquiétant qu’il nous paraît souhaitable d’y renvoyer les lecteurs et d’en parler sans plus attendre. Voici ce qu’écrit l’ancien ministre de la Culture : « Je sors de cette visite impromptue effrayé ! Le bâtiment, désormais confié à France Domaine, menace purement et simplement ruine.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Baltard à la casse (bis repetita)

Article suivant dans Patrimoine : L’hôtel Lambert : un projet de restauration encore bien imparfait