L’hôpital Richaud sauvé par Versailles Contenu abonnés


16/4/15 - Restauration - Versailles, ancien hôpital Richaud - Incontestablement, il faut féliciter la ville de Versailles, et son maire François de Mazières, d’avoir sauvé l’hôpital Richaud.
Nous avions longuement parlé sur La Tribune de l’Art (voir les articles) du long martyre que l’État français, et notamment plusieurs ministres de la Justice, ont fait subir à ce monument insigne, magnifique, construit au cœur de Versailles. Nous ne rappellerons pas ici son abandon, sa dégradation rapide et les différents incendies qu’il a subis, qui sont une nouvelle preuve de l’impéritie de nos gouvernements successifs dès qu’il s’agit du patrimoine.


JPEG - 234.2 ko
1. Charles-François d’Arnaudin (1741-1805)
Ancien Hôpital Richaud, Versailles
Façade donnant sur le Boulevard de la Reine
Après restauration
Photo : Didier Rykner
JPEG - 172.9 ko
2. Charles-François d’Arnaudin (1741-1805)
Ancien Hôpital Richaud, Versailles
Chapelle
Après restauration
Photo : Service de presse

L’opération menée par Versailles est remarquable parce qu’elle a permis de sauver cet hôpital désaffecté, tout en laissant sa chapelle accessible au public et en ouvrant largement les bâtiments sur la ville. Les passants pourront en effet le traverser de part en part, en ayant accès à son espace central transformé en jardin. Il s’agit donc de l’inverse de la solution honteuse choisie par la Ville de Paris pour l’hôpital Laënnec.
Un oratoire du XIXe siècle, dit « oratoire des sœurs » (ill. 3), situé au sud de l’aile ouest, a été restauré et abritera les locaux d’une société d’histoire locale. Quant aux beaux escaliers, ils seront visibles par le public qui pourra également monter dans la galerie de la chapelle d’où les malades pouvaient assister aux offices.
Des appartements ont été aménagés dans les ailes, ainsi qu’une crèche, tandis que de nouveaux bâtiments ont été construits sur les deux côtés par Jean-Michel Wilmotte. Le résultat est mitigé : il est étrange qu’en France, où l’on ne cesse de vanter la qualité de nos architectes,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Nominations à la tête de musées américains

Article suivant dans Brèves : Amiens présente la collection Pächt et expose ses paysages du XIXe