Gustave Moreau - Georges Rouault : souvenirs d’atelier Contenu abonnés


Paris, Musée Gustave Moreau, du 27 janvier au 25 avril 2016

JPEG - 280.1 ko
1. Vue de l’exposition
A gauche : Georges Rouault, La Sainte Face, 1933
A droite en haut : Gustave Moreau, Madeleine au Calvaire
A droite en bas : Georges Rouault : Les Trois Croix, 1935-1939
et Saintes Femmes au Calvaire
Photo : bbsg

Il était le disciple que Moreau aimait. Rouault fut celui qui, peu après la mort du maître, s’installa dans son atelier transformé en musée et en fut le conservateur trente ans durant, de 1902 à 1932. C’est dans ce musée qu’une (petite) exposition lui est aujourd’hui consacrée1. Les œuvres des deux artistes sont présentées côte à côte, non pas pour montrer l’influence de l’un sur l’autre - l’enseignement de Gustave Moreau consistait justement à aider ses élèves à trouver leur propre style - mais pour suggérer des correspondances entre les deux peintres, « comme de longs échos qui de loin se confondent »2, autour de quelques grandes thèmes : le paysage, la femme, le sacré (ill. 1), la couleur.
Un tel projet n’était pas facile à mettre en scène, dans la mesure où le Musée Gustave Moreau ne dispose pas de lieu spécifique pour ses expositions temporaires. Il a donc fallu limiter le nombre d’œuvres et occulter quelques pans de murs dans les salles permanentes. Marie-Cécile Forest, directrice et commissaire, ainsi qu’Hubert Le Gall, scénographe, s’en sortent à la fois brillamment et sobrement (c’est souvent lié).

Le parcours s’ouvre sur l’atelier de Moreau, professeur à l’École des beaux-arts entre 1892 et 1898, où Rouault se forma et côtoya Matisse, Marquet, Manguin et quelques autres... Le maître les emmena au Louvre copier les chefs-d’œuvre de Léonard de Vinci, Bosch ou Rembrandt. Il encouragea Rouault à participer à différents concours, parmi lesquels le Prix de Rome bien sûr, auquel il avait lui-même échoué plusieurs fois. Rouault ne réussit guère mieux. Il concourut en 1893, passant avec succès la première épreuve - le Christ éveillant ses disciples à Gethsémani, brossé rapidement dans des tons ocres, rappelle les Primitif…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Parmigianino, 1503-1540. Dessins du Louvre

Article suivant dans Expositions : Figures de fantaisie du XVIe au XVIIIe siècle