Félix Vallotton 1865-1925. Catalogue raisonné de l’œuvre peint Contenu abonnés


Auteur : Marina Ducrey

jpg-couverture_vallotton-jpg« Monsieur Vallotton, comme on dirait Monsieur Ingres » : la formule n’est ni originale ni nouvelle, elle remonte à un texte de Pierre du Colombier de 1949, mais il est difficile de s’en départir, même après la lecture du très riche catalogue raisonné de l’œuvre peint de Félix Vallotton1. Peut-être après tout, parce que Vallotton l’a souhaité, et alors il faut rendre hommage à Marina Ducrey pour avoir su respecter la volonté de l’artiste tout en montrant pour la première fois l’étendue impressionnante de son art. C’est justement le Bain turc qui sert d’illustration au coffret. Choix courageux, qui montre que ce catalogue de l’œuvre peint (qui exclut donc les célèbres gravures) vise à faire voir un autre Vallotton, et non seulement le peintre nabi ou le paysagiste redécouvert ces dernières années.
D’Ingres, Vallotton a imité l’obsession du moi, qui s’exprime plus par l’écriture que par le dessin : le peintre franco-suisse a facilité et compliqué la tâche de ses historiens par les méticuleux écrits qu’il a entretenus comme un maniaque autour de son activité : livre de raison, livre de compte, journal… sans parler des romans autobiographiques comme La vie meurtrière, qui permettent parfois de retrouver des impressions de l’artiste ou certaines de ses sources (p. 177). Et l’un des grands mérites des immenses recherches de Marina Ducrey et de Katia Poletti est d’avoir réussi à démêler l’écheveau de ces multiples citations, d’être parvenues à identifier les œuvres au titre souvent trop bref ou énigmatique dans les différents livres-journaux ou dans les foisonnantes archives de la galerie Vallotton, (que possède la Fondation Félix Vallotton à Lausanne créée en 1998).


JPEG - 60.8 ko
1. Félix Vallotton (1865-1925)
Autoportrait, 1897
Huile sur carton - 59,2 x 48 cm
Paris, collection particulière
Photo : Fondation Félix Vallotton, Lausanne
Voir l'image dans sa page
JPEG - 79.3 ko
2. Félix Vallotton (1865-1925)
La malade, 1892
Huile sur toile - 74 x 100 cm
Suisse, collection particulière
Photo :…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : L’art du fer forgé en pays bordelais de Louis XIV à la Révolution

Article suivant dans Publications : Artist as narrator. Nineteenth century narrative art in England and France