Exposition de quelques œuvres du musée municipal de Saint-Germain en Laye


JPEG - 59.6 ko
Sébastien Bourdon (1616-1671)
Abraham et les anges
Huile sur toile - 78,5 x 76 cm
Saint-Germain-en-Laye, musée municipal (fermé)
© D.R.

28/12/05 – Exposition - Musée municipal de Saint-Germain-en-Laye - Nous reviendrons un jour sur le scandale des musées fermés. Celui de Saint-Germain-en-Laye expose en catimini, depuis le 9 décembre et jusqu’au 7 janvier seulement, une vingtaine de ses œuvres nouvellement restaurées.

Notons la présence d’un grand Esther devant Assuérus du peintre florentin Matteo Rosselli, d’un beau tableau de Sébastien Bourdon (ill.), d’un paysage d’Henri Met de Bles, d’une Jeune femme tenant un bélier par Jan van Bijlert et du fameux Escamoteur attribué à Jérôme Bosch. On verra également quatre des neuf François Bonvin des collections municipales, plusieurs tableaux anonymes (mais non dénués de qualité) provenant d’établissements religieux de la ville et plusieurs portraits au pastel assez médiocres (celui de François Gérard semble beaucoup trop faible pour lui être attribué). La sculpture est représentée par une maquette en plâtre pour le fronton de l’église de Saint-Germain-en-Laye, par Etienne-Jules Ramey et par deux bustes en marbre d’Honoré Icard.
Tout cela ne représente qu’une très faible partie des collections d’un musée fermé depuis 1972. Il est incroyable que la ville de Saint-Germain-en-Laye, qui bénéficie d’un musée national (Antiquités) et d’un musée départemental (Maurice Denis), délaisse à ce point son musée des Beaux-Arts. Malgré ces restaurations (réalisées dans les règles de l’art avec le concours du Service de Restauration des Musées de France), cette politique reste bien insuffisante. En 2003, l’une des réserves n’était qu’un hangar où les conditions de conservation (principalement des grands formats) n’étaient pas aux normes et rien n’indique que cela ait changé. A quoi bon restaurer pour conserver ensuite dans de mauvaises conditions et pour ne rien, ou presque rien, montrer au public ?

Il n’est d’ailleurs pas question pour la Municipalité d’envisager à court terme la réouverture d’un musée. Dans le petit fascicule qui tient lieu de catalogue1, on peut lire en effet que « le choix des restaurations à venir devrait être associé aux projets d’expositions temporaires décidés par la ville ». Voici donc le grand dessein pour le musée, de la part d’un maire qui affirme pourtant par ailleurs son souhait de «  favoriser l’accès de tous aux arts » : faire des expositions temporaires.

Pour voir quelques photos d’œuvres conservées par le musée, on peut se rendre sur le site qui lui est consacré, l’un des plus laids et des plus ridicules que l’on puisse trouver sur Internet. On conseille particulièrement la « salle Louis XIV », où l’on est accueilli par le portrait du roi par Rigaud, affublé de lunettes de soleil...

http://www.ville-st-germain-en-laye.fr/cto/de/mu.html#mm Cliquer ensuite sur Musée municipal.

Jusqu’au 7 janvier 2006. Espace Paul et André Vera, 2, rue Henri IV. Entrée gratuite (mardi au vendredi : 14 h - 19 h ; samedi 10 h - 19 h.


Didier Rykner, mercredi 28 décembre 2005


Notes

1Il est vendu pour la somme modique de 1 €. Toutes les œuvres exposées sont reproduites en couleur.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un site Internet sur le décor sculpté extérieur de Versailles

Article suivant dans Brèves : Victoire définitive des défenseurs de la citadelle de Vauban à Lille