Exposition à Milan sur les Ligari, peintres lombards du XVIIIe siècle Contenu abonnés


JPEG - 163.5 ko
1. Pietro Ligari (1686-1752)
L’Immaculée Conception avec la Trinité, avant 1718
Huile sur toile - 175 x 118 cm
Andalo, église paroissiale de l’Immacolata
Photo M. de P.
Voir l'image dans sa page

19/7/08 – Exposition – Milan et Sondrio – Avec Carlo Innocenzo Carlone et Giuseppe Antonio Petrini1, Pietro et Cesare Ligari comptent parmi les peintres les plus importants actifs au XVIIIe siècle dans la Valtellina, cette vallée alpine frontalière entre la Lombardie et la Suisse. Après un siècle d’études et de publications spécialisées, une exposition leur a été consacrée à Milan, occasion de regrouper des œuvres dispersées dans des églises, des musées un peu éloignés des circuits touristiques habituels, des collections privées ou appartenant à des banques.

Influencés par les modèles romains autour de 1700 (Lazzaro Baldi) et plus encore par ceux qu’il pouvait voir à Milan (Filippo Abbiati, Il Legnanino, Andrea Lanzani …), Pietro Ligari (1686-1752) crée de grands retables structurés par des compositions équilibrées, un modelé solide et une luminosité fortement contrastée. De cette phase milanaise classicisante, vers 1717-1720, datent ses plus belles toiles : l’Immaculée Conception (ill. 1), Saint François Xavier baptisant une princesse indienne (ill. 2) ou les histoires de David (ill. 3).


JPEG - 41.1 ko
2. Pietro Ligari (1686-1752)
Saint François Xavier baptisant la
princesse indienne Neachile
, 1717
Huile sur toile - 185 x 320 cm
Sondrio, Banca Popolare di Sondrio
Photo : Service de presse
Voir l'image dans sa page
JPEG - 54.6 ko
3. Pietro Ligari (1686-1752)
Samuel consacre David, vers 1717
Huile sur toile - 118 x 147 cm
Sondrio, Credito Valtellinese
Photo : Service de presse
Voir l'image dans sa page

Dix ans plus tard, à la mort de son père, il reprend l’atelier familial, se fixant définitivement dans la Valtinella. Il reçoit la commande de plusieurs tableaux d’autels d’un style très personnel (ill. 4). On lui doit aussi de beaux portraits, sobres et sombres, dans la traditions réaliste…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le permis de démolir du 12, rue de Tournon suspendu par la justice

Article suivant dans Brèves : Le Jupiter et Cérès de Callet acquis par Boston