Eclairages sur un chef-d’œuvre. Loth et ses filles de Simon Vouet


Strasbourg, jusqu’au 22 janvier 2006

JPEG - 46.9 ko
1. Simon Vouet (1590-1649)
Loth et ses filles
Huile sur toile - 53,5 x 40 cm
Strasbourg, Musée des Beaux-Arts
© Musée des Beaux-Arts de Strasbourg

Le titre de cette présentation est quelque peu trompeur puisqu’il laisse croire à un simple dossier autour du tableau de Vouet du musée de Strasbourg, alors qu’il s’agit de bien plus et bien mieux que cela. Osons le dire : si l’on apprendra beaucoup de choses à propos du Loth et ses filles (ill. 1) et du traitement du thème au XVIIe siècle, ce n’est finalement qu’un prétexte à réunir de nombreuses œuvres inédites ou fort peu connues de Simon Vouet et de son école. Pour cette raison, l’exposition devrait attirer tous les amoureux de la peinture française du XVIIe siècle.

Deux tableaux énigmatiques accueillent le visiteur. Ils représentent un jeune homme et une jeune femme, dans des attitudes très proches, faisant chacun un geste obscène de la main droite. L’homme (Caen, Musée des Beaux-Arts), tient de la gauche une paire de figues qui confirme l’allusion sexuelle. Il est habillé d’un costume féminin ce qui renforce l’ambiguïté de l’œuvre. L’attribution à Vouet de cette figure d’inspiration caravagesque est soutenable, comme l’est celle de la femme (Musée de Lons-le-Saunier), même si l’état de cette toile, sale et usée, en rend l’appréciation difficile. Toutes deux ont été très discutées, et généralement considérées soit comme des copies, soit comme de l’entourage de l’artiste. Il s’agirait alors d’œuvres datables très tôt dans sa carrière.


Quelques tableaux sont bien connus et indiscutablement autographes. Outre le Loth et ses filles, on pourra ainsi voir La Charité romaine du musée Bonnat (un dépôt de l’Etat, qui peut donc être prêté), La Vierge à la Rose de Marseille, les Anges portant les instruments de la Passion, grand fragment d’esquisse pour un décor disparu de Saint-Pierre de Rome (Besançon) et Le Suicide de Lucrèce de la Narodni galerie à Prague (ill. 2), un pur chef-d’œuvre découvert après l’exposition du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Autour de Lorenzo Veneziano. Fragments de polyptyques vénitiens du XIVe siècle

Article suivant dans Expositions : Jane Poupelet 1874-1932