Autour de Lorenzo Veneziano. Fragments de polyptyques vénitiens du XIVe siècle Contenu abonnés


Tours, Musée des Beaux-Arts. Jusqu’au 23 janvier 2006.

JPEG - 84.8 ko
1. Lorenzo Veneziano (connu de 1356 à 1372)
Couronnement de la Vierge
Tempera et or sur panneau - 78 x 63 cm
Tours, Musée des Beaux-Arts
Photo : Gérard Dufrêne
Voir l'image dans sa page

Découvertes, restaurations, et acquisition… Voici une exposition dont l’utilité est évidente, et la réussite éclatante. Elle est organisée autour de Lorenzo Veneziano, l’une des trois figures marquantes de la peinture à Venise au XIVe siècle. Le musée de Tours a en effet la chance, grâce à la générosité du collectionneur Octave Linet qui le légua en 1963, de posséder un fonds petit, mais de grande qualité, de primitifs italiens. Parmi eux se trouvent deux morceaux d’un grand retable, démembré au XVIIe siècle : un Couronnement de la Vierge (ill. 1) et une Crucifixion qui formaient la partie centrale de l’ensemble. Un Concert d’ange, partie supérieure du Couronnement, séparé de celui-ci au XIXe siècle, a été acquis par le musée en 1998.
L’exposition permet de réunir tous les éléments retrouvés de ce polyptyque (ill. 2), malheureusement peu nombreux : deux fragments (Saint Barthélémy et Saint Antoine Abbé) conservés à Bologne, un à Syracuse (Saint Léonard) et un élément de la prédelle du musée de Philadelphie, Le Mariage de la Vierge.


JPEG - 29.1 ko
2. Reconstitution du polyptyque de
Lorenzo Veneziano peint en 1368 pour le maître-autel
de l’église augustinienne de
San Giacomo Maggiore à Bologne.
Le dessin, proposé par Andrea De Marchi et Cristina Guarnieri,
commissaires scientifiques
de l’exposition, a été réalisé par
Frederica Belluzzi, architecte à Padoue
Voir l'image dans sa page


L’exposition et le catalogue qui l’accompagne sont d’une érudition sans faille et d’une grande clarté. Ils ont le mérite de présenter de manière limpide les caractéristiques de la peinture vénitienne du Trecento, époque qui voit se succéder sans solution de continuité trois grands maîtres, Paolo Veneziano, son élève Lorenzo (il ne s’agit pas de la même famille, Veneziano n’étant qu’un surnom) et Nicolò di…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Frans Post (1612-1680). Le Brésil à la cour de Louis XIV

Article suivant dans Expositions : Eclairages sur un chef-d’œuvre. Loth et ses filles de Simon Vouet