Don d’un tableau de Francisque Millet au Louvre


JPEG - 75.3 ko
1. Jean-François Millet, dit Francisque Millet (1642-1679)
Mercure découvrant Hersé de retour de la fête de Minerve
Huile sur toile - 75 x 120,6 cm
Paris, Musée du Louvre (don sous réserve d’usurfuit)
Photo : Galerie Coatalem

6/11/10 – Acquisition – Paris, Musée du Louvre – Une fort belle toile de Jean-François Millet, dit Francisque Millet, l’un des meilleurs paysagistes français du XVIIe siècle, vient d’être offerte au Musée du Louvre, sous réserve d’usufruit, par Monsieur Antoine Béal1 (ill. 1).

Né en Flandres d’un père français, Francisque Millet arriva à Paris à l’âge de dix-sept ans mais ne se rendit jamais en Italie. Ses paysages héroïques sont néanmoins fortement marqués par le classicisme de Nicolas Poussin.
Celui offert au Louvre, longtemps conservé en Angleterre, a été déposé au J. Paul Getty Museum de 1983 à 1986, puis à Raleigh de 1999 à 2001. Le musée parisien possédait déjà deux peintures de Millet, moins ambitieuses et de taille beaucoup plus réduite que celle-ci.


JPEG - 96.6 ko
2. Léon Fleury (1804-1858)
Chemin dans les rochers à Sassenage (Isère)
Huile sur toile
Paris, Musée du Louvre (don sous réserve d’usurfuit)
Photo : RMN
JPEG - 40.8 ko
3. Claudius Jacquand (1803-1878)
Le jeune Gaston, dit l’Ange de Foix, 1838
Huile sur toile - 162 x 205 cm
Paris, Musée du Louvre (don sous réserve d’usurfuit)
Photo : Musée du Louvre

Ce n’est pas la première générosité d’Antoine Béal envers le Louvre. Le collectionneur avait en effet déjà donné au musée en 2006 (sous réserve d’usufruit), un tableau de Léon Fleury, Paysage de rochers à Sassenage (ill. 2) puis, en 2008 (toujours sous réserve d’usufruit), Le jeune Gaston, l’ange de Foix, une toile de Claudius Jacquand (ill. 3)2. Lyonnais, élève de Fleury Richard, Claudius Jacquand s’est spécialisé dans les scènes de genre historique, à l’inspiration proche des peintres troubadours mais surtout fortement influencée par Paul Delaroche. La toile offerte au Louvre, de grande dimension, s’inscrit dans cette veine et rappelle Les Enfants d’Edouard. L’artiste a traité le même sujet dans un tableau se trouvant, en mauvais état, dans les réserves du musée de Leipzig et dans un autre exposé au Musée Rolin à Autun. L’Hôtel de Ville d’Orthez conserve une seconde version de la composition du Louvre.

English version


Didier Rykner, samedi 6 novembre 2010


Notes

1L’œuvre avait été acquise par le collectionneur auprès de la Galerie Coatalem à Paris.

2Ce tableau avait été acheté chez Michel Descours à Lyon.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Redécouverte d’un dessin double-face de Michel-Ange à Rennes

Article suivant dans Brèves : Une grisaille par Jean de Saint-Igny ou Juste d’Egmont acquise par le Louvre