Dessins de la collection Christian et Isabelle Adrien Contenu abonnés


Rennes, Musée des Beaux-Arts, du 21 mars au 26 août 2012.

JPEG - 196 ko
1. Jan van Orley (1665-1735)
La Visitation
Plume et encre brune, lavis gris - 26,5 x 32,8 cm
Collection Christian et Isabelle Adrien
Photo : Jean-Manuel Salingue -
Musée des beaux arts de Rennes_2011
Voir l'image dans sa page

L’exposition de dessins que présente le Musée des Beaux-Arts de Rennes a un côté fascinant qui n’est pas seulement dû à la qualité des feuilles présentées. Elle fera en effet rêver plus d’un amateur par la manière dont un tel ensemble a pu être réuni. Car nombre de ces œuvres ont été inventées, littéralement, par les collectionneurs. Ils les ont inventées en les distinguant, souvent anonymes, chez un brocanteur ou dans une vente courante à l’Hôtel Drouot. Ils les ont ensuite inventées en retrouvant le véritable nom de leur auteur.
Certes, pour cette seconde étape, parfois concomitante à la première, ils ont pu se faire aider par tout ce que Paris compte de connaisseurs et d’historiens de l’art qui ont participé à la rédaction du beau catalogue. Mais l’essentiel est bien de séparer le bon grain de l’ivraie, d’identifier parmi les milliers de feuilles disponibles sur le marché celle qui, tout en restant à un prix modéré, vaudra en réalité beaucoup mieux que le nom ou l’absence de noms sous lequel elle est présentée.

Comme beaucoup de ces chineurs découvreurs, les Adrien regrettent une ancienne époque où les dessins étaient plus abondants, les prix beaucoup moins élevés et les découvertes infiniment plus nombreuses. Mais cela ne les empêche tout de même pas de continuer à acheter, et à attribuer.
L’une de leurs dernières acquisitions est ainsi accrochée ici, achetée il y a un an à la vente Chirée. Le dessin, à la plume et encre brune (ill. 1), était présenté comme attribué à Antoine Rivalz. Il fallait un œil particulièrement aiguisé et savant pour y reconnaître la main d’un artiste flamand, Jan van Orley, presque inconnu mais descendant du grand Bernard van Orley, en comparant la composition à celle d’une eau-forte qu’elle prépare, signée par…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Gustave Moreau, Hélène de Troie : la beauté en majesté

Article suivant dans Expositions : Tiziano e la nascita del paesaggio moderno