Tiziano e la nascita del paesaggio moderno Contenu abonnés


Palazzo Reale, Milan, du 16 février au 20 mai 2012.

Alors qu’à Londres vient de s’ouvrir une exposition-dossier consacrée à la Fuite en Egypte de Titien1, l’une des œuvres les plus problématiques du « genre » pastoral, le Palazzo Reale de Milan propose un événement plus ambitieux, d’un point de vue quantitatif, sur la naissance du paysage à Venise à la suite de Titien. C’est cette dernière qui déçoit pourtant, malgré la présence de tableaux rarement montrés en Europe (de peintres connus ou d’anonymes) et malgré le propos, d’actualité au regard de l’attention que les historiens d’art ont dernièrement accordé au paysage.

Aborder la naissance du paysage « moderne » à travers l’œuvre de Titien n’est pas dénué de sens. Bien au contraire. Comme le rappelle Mauro Lucco (commissaire de l’exposition), dans son introduction au catalogue de l’exposition, l’artiste fut l’un des premiers peintres à employer ce terme – « paysage » – en Occident et figure parmi les grands maîtres de ce genre. Avant même son étiquetage, le paysage semblait être l’un des thèmes de prédilection du maître vénitien. La Fuite en Egypte, évoquée précédemment et datable selon Vasari de 1507 environ, montre de fait un paysage verdoyant et boisé que la sainte famille, guidée par un ange, traverse sans y prêter attention ; s’y trouvent pourtant de belles cascades, quelques animaux distraits par leur passage ainsi qu’une riche variété d’essences végétales dignes des feuilles d’études allemandes de cette période. A l’instar de ce groupe, les spécialistes de l’art vénitien n’ont accordé que peu d’attention à ce morceau monumental et spectaculaire de paysage. Ils se sont bien plus régulièrement intéressés à la Tempesta de Giorgione (Venise, Gallerie dell’Accademia) ou au Concert champêtre du Louvre. Mais la toile de l’Hermitage fera désormais l’objet d’une nouvelle attention, à n’en pas douter. Il est regrettable du reste qu’elle n’ait pu être confrontée – dans le dispositif londonien – à un plus grand nombre de paysages champêtres. Quoi qu’il en soit, cette toile aurait à coup sûr généré le même étonnement si elle avait été montrée, comme cela semble avoir été un temps projeté, aux côtés des œuvres sélectionnées à Milan.


JPEG - 80.6 ko
1. Bonifacio de’ Pitati dit Bonifacio Veronese (1487-1553)
Vierge à l’enfant avec Saint Constantin, Sainte Hélène
et Saint Jean-Baptiste enfant
, vers 1520-24
Huile sur toile
Florence, Palazzo Pitti
Photo : Palazzo Pitti
Voir l'image dans sa page
JPEG - 191.5 ko
2. Tiziano Vecellio, dit le Titien (1489/1490-1576)
Vierge à l’enfant entre Sainte Catherine, Saint Dominique
et le donateur (Sainte Conversation)
, vers 1513
Huile sur toile,
Mamiano di Traversetolo (Parme), Fondazione Magnani Rocca
Photo : Fondazione Magnani Rocca
Voir l'image dans sa page

JPEG - 70.6 ko
3. Giovanni Bellini (vers 1438/1440-1516)
Crucifixion, vers 1501-03
Huile sur toile
Prato, Collezione Banca Popolare di Vicenza -
Galleria di Palazzo degli Alberti
Photo : Collezione Banca Popolare di Vicenza
Voir l'image dans sa page

Intéressons-nous à présent à cette exposition.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Dessins de la collection Christian et Isabelle Adrien

Article suivant dans Expositions : Die Brücke. Aux origines de l’expressionnisme