Die Brücke. Aux origines de l’expressionnisme Contenu abonnés


Grenoble, Musée, du 30 mars au 17 juin 2012
Quimper, Musée des Beaux-Arts, du 11 juillet au 8 octobre 2012

Chacun ses fauves, mais les cages restent ouvertes. Entre l’Allemagne et la France, les membres de la Brücke et du fauvisme s’observèrent1 attentivement, partageant un même désir d’exalter la couleur et de libérer la ligne, même si les préoccupations des amis de Matisse étaient davantage formelles que celles des Allemands dont le « but n’était pas le raffinement » comme le souligna Heckel, mais l’immédiateté de l’expression.


JPEG - 208 ko
1. Emil Nolde (1867-1956)
Maisons frisonnes I, 1910
Huile sur toile - 64 x 84 cm
Berlin, Brücke Museum
Photo : Stiftung Seebüll Ada und Eml Nolde
JPEG - 156 ko
2. Cuno Amiet (1868-1961)
Nature morte aux fleurs, 1908
Huile sur toile - 40 x 32 cm
Berlin, Brücke Museum
Photo : Brücke Museum

Malgré cette émulation de l’époque, les institutions françaises ont consacré peu d’expositions à Die Brücke2, ce qui rend d’autant plus intéressante celle qu’organise le musée de Grenoble, réunissant quelque 120 œuvres prêtées par le Brücke Museum de Berlin ; l’exposition sera ensuite visible à Quimper l’été prochain. Le catalogue publié à cette occasion classe les œuvres par artiste (ce qui explique mais n’excuse pas l’absence d’index). Chaque peintre bénéficie d’une présentation biographique puis défilent les reproductions en pleine page tandis que les notices et les commentaires sont malheureusement rejetés en fin d’ouvrage.

JPEG - 98 ko
3. Max Pechstein (1881-1955)
Tête de pêcheur VII, 1911
Gravure sur bois - 29,2 x 24,3 cm
Berlin, Brücke Museum
Photo : Max Pechstein Urheberrechtsgemeinschaft,
Hamburg/ Tökendorf
ADAGP, Paris, 2012

Le parcours chronologique est clair, distinguant trois grandes parties : les premières années à Dresde (1905-1907), puis l’affirmation progressive d’un style commun durant « les étés de la liberté » (1909-1911), enfin la période plus sombre de Berlin jusqu’à la dissolution du groupe en 1913 et le début de la Grande Guerre.
Tout commence à Dresde en 1905, lorsque quatre jeunes artistes – Karl Schmidt-Rottluff, Ernst Kirchner, Fritz Bleyl et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Tiziano e la nascita del paesaggio moderno

Article suivant dans Expositions : Michel-Ange au siècle de Carpeaux