Description de la base de données des œuvres conservées dans des bâtiments publics


JPEG - 132.6 ko

Désormais, si toutes les rubriques actuelles de La Tribune de l’Art demeurent (et demeureront) en accès libre, les abonnés au site bénéficieront de nouveaux contenus et services. Parmi ceux-ci, notamment, des bases de données dont une première est aujourd’hui mise en ligne. Temporairement baptisée « œuvres publiques » (un nom plus convivial lui sera bientôt donné), elle a pour objectif de répertorier des objets d’art (peintures, sculptures, vitraux, mobilier...) conservés essentiellement dans des bâtiments publics autres que les musées (quelques rares châteaux privés ouverts au public sont également inclus).

En effet, les guides touristiques français sont d’une pauvreté décourageante. Alors que des œuvres importantes sont publiées régulièrement dans les revues savantes, dans les catalogues d’exposition, des actes de colloque ou dans des bases de données telles que Palissy, celles-ci ne sont pratiquement jamais prises en compte dans les guides et rarement signalées dans les édifices. Ainsi, lorsque l’on se promène dans telle ou telle ville de France, on peut passer à côté d’une église sans savoir qu’elle conserve un important tableau de Jean-Baptiste Marie Pierre, de Claude Vignon ou de Laurent de la Hyre, une Charité de Dominique Florentin ou une Vierge de James Pradier.
La base est bien sûr incomplète (elle ne pourra jamais être exhaustive) mais elle comporte à ce jour près de 4000 entrées et s’étendra rapidement.

L’objectif est bien de constituer une aide à la visite, et de savoir que telle ou telle œuvre se trouve dans un édifice de la ville que vous visitez. Elle n’est donc pour l’instant pas illustrée, même si nous y ajouterons régulièrement des photos.
Ainsi, si vous vous rendez par exemple à Lyon, vous trouverez dans la base 147 œuvres réparties dans 35 bâtiments différentes.
Les résultats sont pour l’instant disponibles sous une seule forme (ill.) mais pourront également bientôt apparaître aussi sous celle d’un tableau, permettant ainsi de visualiser de manière plus synthétique l’ensemble des œuvres.

Les champs disponibles sont : le département et la ville, ce qui permet de rechercher les œuvres répertoriées dans ces aires géographiques, mais aussi l’arrondissement, une entité administrative qui permet de rechercher, lorsque l’on se trouve près d’une ville d’une certaine taille, tous les édifices se trouvant aux alentours de celle-ci. Par exemple, si l’on se trouve à Dijon, on pourra identifier facilement tous les objets répertoriés dans la base et se trouvant à Dijon et dans les communes proches de cette ville.

Chaque objet est donc situé dans un bâtiment, dans une ville, dans un arrondissement et dans un département. Si nous le connaissons, nous précisons aussi l’emplacement de l’objet dans l’édifice.
Les œuvres peuvent être également triées par auteur, par école, par siècle ou par technique. Le champ « recherche libre » permet de trouver n’importe quel terme se trouvant dans la base, ce qui peut être pratique notamment lorsque l’on veut trouver des œuvres d’un sujet précis. Attention cependant : plusieurs titres différents peuvent s’appliquer à une même iconographie. Ainsi, le Christ au jardin des Oliviers peut également s’intituler Le Christ à Gethsemani, ou Jésus au jardin des Oliviers, ou Jésus à Gethsemani... Nous avons généralement utilisé le titre donné dans la bibliographie consultée.

A chaque œuvre est associée une seule référence bibliographique, l’objectif étant d’indiquer l’origine de notre information. Une zone « commentaire » donne des éléments complémentaires, trop rarement encore les tailles des œuvres que nous compléterons au fur et à mesure. Des liens supplémentaires, menant à d’autres sites internet parlant de l’objet, peuvent également être inclus dans la fiche.

Telle qu’elle est, cette base comporte encore des fonctionnalités insuffisantes que nous comptons améliorer dans les prochaines semaines. Ainsi, par défaut la bibliographie n’est pas affichée et il faut cocher à droite la case « Afficher la bibliographie » si l’on veut la voir apparaître. Une recherche pour un seul bâtiment dans une ville n’est pas encore possible mais devrait l’être dans les jours qui viennent. Enfin, il faudrait ajouter un bouton permettant d’annuler les critères de recherche pour lancer facilement une nouvelle recherche sans avoir à remettre tous les champs sur l’occurrence « tous ». En attendant, une manière simple de réinitialiser la base est de cliquer à nouveau sur le menu de haut de page.

Pour l’instant, seule la ville de Paris n’est pas comprise dans la base. Il existe en effet un guide bleu (le seul à notre connaissance) qui répertorie de manière assez complète le contenu des églises parisiennes. Mais l’inclusion de la capitale fait partie des évolutions à venir.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et de vos idées d’amélioration pour cette base, nous essaierons si possible d’en tenir compte.


Didier Rykner, jeudi 24 janvier 2013




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans : La curieuse conception du droit de réponse de Nicolas Demorand, directeur de la publication de Libération

Article suivant dans : Ouverture d’une partie du site réservée aux souscripteurs