De Poussin à Cézanne. Chefs-d’œuvre du dessin français dans la collection Prat Contenu abonnés


Toulouse, Fondation Bemberg, du 23 juin au 1er octobre 2017.
L’exposition a été présentée du 18 mars au 4 juin 2017 au Museo Correr de Venise.

JPEG - 391.4 ko
1. Eugène Delacroix (1798-1863)
Cheval ruant
Pinceau, aquarelle et gouache - 15,1 x 13 cm
Paris, collection Prat
Photo : Raphaël Gaillarde
Voir l'image dans sa page

En février 2005 (douze ans déjà !), nous avions écrit sur la collection Prat, à l’occasion de la parution d’un nouveau catalogue qui accompagnait une exposition à plusieurs étapes dans des musées américains. Car depuis les années 1990 cela fait déjà quatre fois que cet ensemble admirable de dessins français, réunis par l’un des meilleurs connaisseurs de ce domaine, est envoyé aux quatre coins du monde pour la délectation des amateurs. Nous renvoyons donc nos lecteurs (au moins les abonnés) à ce que nous disions alors du goût du collectionneur et de son épouse qu’il associe systématiquement à cette entreprise, des principes qui régissent ses achats (certains artistes sont privilégiés, d’autres qu’il n’apprécie pas beaucoup resteront absents), de son amour des beaux montages et encadrements, de son intérêt pour les historiques prestigieux… Nous nous attarderons en revanche sur la présentation de l’exposition à la fondation Bemberg, et surtout nous parlerons des dessins acquis ces dernières années et qui y sont présentés.

Les salles d’exposition de la fondation se prêtent admirablement à la présentation des dessins, et l’accrochage est particulièrement réussi, tant dans l’éclairage que dans la juxtaposition des œuvres. Le parcours est chronologique et s’efforce de regrouper les œuvres en créant des groupes stylistiques cohérents. Dans la dernière salle, la manière dont les dessins de Delacroix font face à ceux d’Ingres est particulièrement judicieuse. Nous l’avons dit en effet, Prat ne choisit pas entre les deux peintres qu’il aime autant l’un que l’autre.
Du premier, sa collection s’est enrichie de deux feuilles très différentes, mais également magistrales. L’une figure, à la gouache et à l’aquarelle, un cheval ruant (ill. 1). L’autre, à coups de plume et d’encre qui zigzaguent sur le papier,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Jean-Baptiste Perronneau. Portraitiste de génie dans l’Europe des Lumières

Article suivant dans Expositions : Georges Braque, Henri Laurens. Quarante années d’amitié