Passion for Drawing. Poussin to Cézanne, Works from the Prat Collection Contenu abonnés


Auteur : Pierre Rosenberg

Pour la troisième fois, la collection de dessins français de Louis-Antoine Prat voyage à l’étranger. En 1990, elle avait fait étape à New York, Fort Worth, Pittsburgh et Ottawa. En 1995, après le Louvre, elle avait été montrée à Edinburgh et Oxford. Aujourd’hui, après Los Angeles, elle est accueillie à Toledo avant de se rendre à Naples (en Floride) pour terminer son parcours à Philadelphie. A chaque fois, un catalogue a été édité, toujours un peu différent car si on y retrouve quelques uns des chefs-d’œuvre qui font la gloire de cet ensemble, les nouvelles acquisitions y sont nombreuses. Il s’agit d’une collection vivante, son propriétaire vendant parfois des feuilles pour acheter des dessins plus importants. Vingt-et-une œuvres y sont entrées depuis 1995. Sauf exception, nous nous attacherons surtout à parler de ces derniers achats.

JPEG - 30.7 ko
1. Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)
Portrait du violoniste Pierre Baillot
Mine de plomb - 36,1 x 28 cm
Paris, collection Louis-Antoine Prat
Voir l'image dans sa page
JPEG - 33.8 ko
2. Eugène Delacroix (1798-1863)
Portrait de femme au piano
Lavis brun - 21,8 x 17,5 cm
Paris, collection Louis-Antoine Prat
Voir l'image dans sa page

Comme il l’explique dans l’introduction, Louis-Antoine Prat ne cherche pas à faire une collection encyclopédique. Certains artistes sont absents, et le seront peut-être toujours. En revanche, d’autres sont représentés en nombre, et cette tendance s’est sans doute encore accentuée avec les acquisitions récentes. Ingres est assurément l’un des artistes préférés du collectionneur. Ce ne sont pas moins de quatre feuilles de sa main qui sont entrées dans la collection. La moisson est abondante, variée, et de grande qualité. On y trouve deux portraits, l’un de Madeleine Chapelle, sa première femme qui mourut en 1849, l’autre du violoniste Pierre Baillot (ill. 1 ; cat. 65), une aquarelle préparatoire au Songe d’Ossian de Montauban, et un dessin religieux, également à l’aquarelle, représentant l’une des versions de la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : L’inventaire après décès de Pierre-Narcisse Guérin

Article suivant dans Publications : Le symbolisme en Belgique