Chefs-d’œuvre de la tapisserie. La collection du Petit Palais, Paris Contenu abonnés


Nancy, Musée des Beaux-Arts, du 25 octobre 2013 au 27 janvier 2014.

JPEG - 371.2 ko
1. Ateliers du Louvre
d’après Philippe de Champaigne (1602-1674)
L’Apparition de saint Gervais et saint Protais à saint Ambroise
Laine et soie - 490 x 757 cm
Paris, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
Photo : J.-M. Moser

Le Petit Palais à Paris conserve une importante collection de tapisseries à peu près inconnue car jamais exposée. Charles Villeneuve de Janti, qui était conservateur dans ce musée avant de prendre récemment la tête du Musée des Beaux-Arts de Nancy, a donc tout naturellement pensé à ces pièces pour combler un vide dans la programmation de ce musée.

Cette exposition permet donc de montrer quelques très belles pièces françaises des XVIIe et XVIIIe siècles à un public peu familier des tapisseries1 malgré l’existence sous l’ancien régime d’une manufacture nancéienne.

Dans la première salle sont accrochées sans doute deux les plus belles œuvres que l’on puisse trouver dans ce domaine, puisqu’elles appartiennent à la tenture de la vie de saint Gervais et saint Protais qui étaient accrochée chaque année dans le chœur de l’église parisienne portant ce nom.
Cette commande, passée à Eustache Le Sueur qui mourut précocement après avoir seulement réalisé deux cartons (l’un fut terminé par Thomas Gousset), échut ensuite à Sébastien Bourdon qui ne fut pas suffisamment rapide au goût des marguilliers de la paroisse, et la conception des trois pièces restant à tisser fut donc confiée à Philippe de Champaigne. Plusieurs des cartons originaux sont exposés au Louvre, à Lyon et à Arras.
Les deux tapisseries montrées à Nancy sont dues respectivement à Bourdon et à Champaigne (ill. 1). Elles sont en bon état de conservation malgré un long séjour dans de mauvaises conditions à l’Hôtel de Ville d’où elles ne sont revenues qu’il y a quelques années.
Des six tapisseries d’origine, seules cinq subsistent aujourd’hui entièrement. La sixième a été découpée à une date inconnue, le seul fragment retrouvé a été montré dans l’exposition Les couleurs du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Michiel Coxcie

Article suivant dans Expositions : Le goût de Diderot. Greuze, Chardin, Falconet, David...