Chefs d’oeuvre de la collection Bührle. Manet, Cézanne, Monet, Van Gogh... Contenu abonnés


Lausanne, Fondation de l’Hermitage, du 7 avril au 29 octobre 2017

JPEG - 504.2 ko
1. Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)
Portrait de Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers
La petite Irène, 1880
Huile sur toile - 65 x 54 cm
Zurich, Fondation Collection E.G. Bührle
Photo : SIK-ISEA, Zurich / J.-P. Kuhn
Voir l'image dans sa page

Est-elle vraiment nécessaire cette section, au cœur du parcours, spécifiquement consacrée aux « chefs-d’œuvre » ? Des chefs-d’œuvre, il n’y a que ça - ou presque - dans la collection d’Emil Bührle. D’autant que la Fondation de l’Hermitage ne présente évidemment pas les quelque six-cents œuvres accumulées entre 1936 et 1956, mais un florilège de cinquante-cinq tableaux. Il suffit d’égrener le nom des peintres pour se faire une idée : Manet, Degas, Monet, Renoir, Cézanne, Gauguin, Van Gogh… Certes, leur génie ne fut pas infaillible toute leur carrière durant, mais Bürhle fit le plus souvent des choix judicieux, tout comme les commissaires de cette exposition, et l’on est heureux par exemple de pouvoir admirer la gracieuse et vaporeuse Petite Irène, plutôt que les nus rosâtres et boursouflés que Renoir peignit à la fin de sa vie (ill. 1).

Présenté comme un « industriel zurichois », Emil Bührle (1890-1956) naquit en Allemagne et s’installa en Suisse en 1924 pour diriger l’usine d’Oerlikon. À l’origine de sa fortune, l’achat du brevet d’un canon antiaérien ; il exporta sa production en France et en Grande-Bretagne, aussi bien qu’en Allemagne, participant alors au réarmement caché du pays. Marchand d’armes, amateur d’art, ses canons de beauté étaient tournés vers les impressionnistes et les postimpressionnistes. L’exposition de l’Hermitage en donne un aperçu spectaculaire. Manet par exemple, bénéficie d’une section à part entière : Les Hirondelles volent bas (ill. 2), Le Grand-Duc ne vole plus, Le Suicidé ne se relèvera pas. Après la guerre de 1870, il réalisa plusieurs tableaux à Oloron-Sainte-Marie, puis Arcachon où des bateaux semblent voguer entre ciel et terre, leurs mats mêlés aux branches nues des arbres. Plus joyeux, le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la Commune, les mémoires

Article suivant dans Expositions : Jean-Baptiste Perronneau. Portraitiste de génie dans l’Europe des Lumières