Camille Godet. Peintre, dessinateur et pédagogue en Bretagne Contenu abonnés


Rennes, Musée des Beaux-Arts, du 10 juin au 3 septembre 2017.

JPEG - 44 ko
1. Camille Godet (1879-1966)
Autoportrait, 1897
Huile sur toile - 65 x 54 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes
Voir l'image dans sa page

Les artistes nés en province, lorsqu’ils ne sont pas des figures majeures de l’art français, ont beaucoup plus de chances que les Parisiens de voir leur œuvre être exposé et publié. Le Musée des Beaux-Arts de Rennes prouve une nouvelle fois ce constat en présentant la rétrospective d’un enfant du pays, le peintre Camille Godet.
Celui-ci fut oublié pour des raisons que Benoît Ollier, l’un des deux commissaires scientifiques de l’exposition avec Guillaume Kazerouni, expose dans son essai introductif : des œuvres quasiment absentes des collections publiques jusqu’à la fin du siècle dernier, passant peu en vente publique, et des décors pour la plupart invisibles ou inconnus… C’est donc à une véritable découverte que nous convie le musée, d’autant qu’au dernier moment - ce qui explique une sortie du catalogue retardée de plusieurs semaines - un important fonds privé d’archives et d’œuvres de Godet a refait surface et est venu enrichir l’exposition et le catalogue.

Camille Godet s’est formé à l’École des Beaux-Arts de Rennes, avec une interruption de deux ans pendant laquelle il fréquenta à la fois celle de Paris, dans l’atelier de Léon Bonnat, et l’Académie Jullian où il eut pour maîtres Jean-Paul Laurens et Benjamin Constant. De ses premières années, on ne connaît que l’Autoportrait de 1897 (ill. 1) entré au Musée des Beaux-Arts de Rennes avec le don par sa fille de cent soixante-dix-neuf dessins et deux autres peintures, complété par l’achat de seize dessins. À dix-huit ans, le peintre est déjà sûr de lui et de sa technique et regarde fièrement le spectateur, sa palette et ses pinceaux à la main. La qualité évidente de cette œuvre se retrouve dans l’ensemble de celles montrées sur les cimaises du musée. Qu’il s’agisse de dessins ou de tableaux, de paysages ou de représentations de la guerre, de portraits ou de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Shakespeare romantique. Füssli, Delacroix, Chassériau

Article suivant dans Expositions : Caroline, sœur de Napoléon, reine des arts