Philippe-Auguste Jeanron, peintre, dessinateur et graveur Contenu abonnés


Calais, Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle. Exposition terminée le 11 avril 2004.

JPEG - 67.3 ko
1. Philippe-Auguste Jeanron (1809-1877)
Une scène de Paris, 1833
Chartres, Musée des Beaux-Arts
Voir l'image dans sa page

Des petits patriotes sur une barricade qui semblent sortis d’un tableau de Greuze. L’image reflète bien les ambitions et les limites de Philippe Auguste Jeanron peintre. La révolution de 1830 suscita chez ce républicain forcené un grand espoir qu’il traduisit dans cette peinture (Caen, Musée des Beaux-Arts), exposée en 1831 aux côtés de La Liberté guidant le peuple de Delacroix. Il serait cruel de pousser plus loin la comparaison entre les deux œuvres. Jeanron crée une aimable vignette là où Delacroix fait passer le souffle de la grande peinture d’histoire.
Pour être plus indulgent, tout en poursuivant le parallèle, il faut regarder les portraits, qui ouvrent l’exposition de Calais. L’artiste y fait preuve d’une véritable force picturale qui évoque parfois le peintre de la Liberté. Le saisissant Portrait de Filippo Buonarroti (Louvre) rappelle, lui, ceux d’Ary Scheffer, tant dans la facture que dans la manière de traiter le fond ocre du tableau, sur lequel se détache la silhouette d’aigle du vieux révolutionnaire.


JPEG - 56.8 ko
2. Philippe-Auguste Jeanron (1809-1877)
Au camp d’Ambleteuse, 1854
Calais, Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle
Voir l'image dans sa page

Déçu par Louis-Philippe, Jeanron se réfugia dans l’opposition et exposa quelques peintures engagées contre la Monarchie de Juillet. En témoigne Une scène de Paris (ill. 1, Chartres, Musée des Beaux-Arts), où une famille de miséreux, dont le père arbore la cocarde sur son couvre-chef, semble mourir de faim en pleine rue tandis qu’un couple de bourgeois insouciant, s’éloigne sans faire preuve d’une once de compassion. Comme le suggère la notice du catalogue, un titre neutre fut sans doute retenu afin que le tableau soit accepté au Salon, comme le Radeau de la Méduse devint en son temps Une scène de naufrage. S’il peignit d’autres toiles dans la même veine, tel que Les ouvriers en grève (perdu,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Porphyre. La pierre pourpre des Ptolémées aux Bonaparte

Article suivant dans Expositions : Houdon, sculpteur des Lumières (1741-1828)