Bertrand Delanoë réclame la désinscription de la Halle Freyssinet


JPEG - 95.6 ko
La Halle Freyssinet
Vue de l’extrémité longeant la rue du Chevaleret
Photo : Didier Rykner

12/6/12 - Patrimoine - Paris, Halle Freyssinet - Jusqu’où ira la volonté de destruction de Bertrand Delanoë ? Après la démolition totale de la piscine Molitor (voir la brève précédente), voici que le changement de majorité présidentielle et de ministre de la Culture1 l’incite à demander la désinscription de la Halle Freyssinet, récemment protégée monument historique.

Selon nos informations en effet, le maire de Paris a envoyé un courrier en ce sens à Aurélie Filippetti. Une demande dont on peut tout craindre : la directrice de cabinet de la nouvelle ministre n’est autre que Laurence Engel qui était, il y a encore un mois, directrice des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
La décision de protection de la Halle Freyssinet, dont nous rappelons ici l’importance, a été prise après que la Commission régionale du patrimoine et des sites a voté, à une large majorité, sa conservation. La loi prévoit qu’un monument est inscrit parce qu’il « présente un intérêt d’histoire ou d’art suffisant pour en rendre désirable la préservation » et que cet intérêt est déterminé par une commission de spécialistes. Ni le maire de Paris, ni la ministre de la Culture n’ont de légitimité pour décider tout à coup que la Halle Freyssinet n’aurait plus d’intérêt, surtout à peine trois mois après son inscription.

On ne se lasse pas de le rappeler : nous sommes désormais, paraît-il, dans une « République exemplaire ». On ne peut donc imaginer que la ministre de la Culture donnera satisfaction à cette demande illégitime et scandaleuse du maire de Paris pour des raisons purement politiques. Un test grandeur nature pour la crédibilité d’Aurélie Filippetti.

English Version


Didier Rykner, mardi 12 juin 2012


Notes

1Rappelons que le poste lui avait été proposé !





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La piscine Molitor, chef-d’œuvre de l’Art déco, n’existe plus

Article suivant dans Brèves : L’ADMICAL lance une pétition en faveur du mécénat