Acquisitions de toiles de Petrini et d’autres artistes du Tessin par la Pinacoteca Züst


17/12/04 – Acquisitions - Rancate, Pinacoteca cantonale Züst - Située au sud de Lugano et à quelques kilomètres de la frontière entre la Suisse et l’Italie, la pinacothèque de Rancate présente un ensemble d’œuvres d’artistes du Tessin allant du baroque au XXe siècle. Ouverte au public en 1967, un an après la donation par Giovanni Züst de sa collection, elle ne cesse de s’enrichir et organise régulièrement des expositions temporaires. Une plaquette recensant les acquisitions réalisées depuis 1989 vient d’être éditée.


JPEG - 22.9 ko
1. Giovanni Antonio Petrini
Portrait du Comte Riva
Huile sur toile - 111 x 86,5 cm
Rancate, Pinacoteca Züst
JPEG - 39.6 ko
2. Giovanni Antonio Petrini
Saint François de Sales, vers 1750
Huile sur toile - 70 x 53 cm
Rancate, Pinacoteca Züst

Il y a une dizaine d’années, le musée avait pu obtenir sur le marché américain deux rares tableaux de Giovanni Serodine (1594/1600-1630), le Portrait d’un jeune dessinateur1 et la grande pala de la Vierge de l’Ordre de la Merci2, qui venaient s’ajouter à l’éblouissant Saint Pierre en prison du même artiste cédé par le fondateur. Le musée a aussi pu compléter son importante série de toiles de Giuseppe Antonio Petrini (1677-1758/1759). Redécouvert au milieu au XXe siècle3 et longtemps considéré comme un peintre régional, il figure depuis le début des années 1990 aux cimaises des musées du Louvre et du Prado4. Marqué à ses débuts par la veine lombarde sombre et mystique de Morazzone et de Paolo Pagani, Petrini a assimilé progressivement les influences de Bencovich, de Piazzetta et de Giuseppe-Maria Crespi, puis, dans la seconde partie de sa carrière, il a parfois été tenté par l’ampleur des mises en pages de Sébastiano Ricci et d’Amigoni. Ce dont témoigne le Portrait du Comte Antonio Riva (ill. 1), premier tableau profane du peintre dans la collection, entré en 2002 grâce à la fondation Pasquale Lucchini. Antonio Riva était le principal mécène de la région5. En 2004, la famille Filippo Bianconi a offert un tableau de dévotion privée représentant Saint François de Sales (ill.2)6. En 1989 déjà, un Saint Augustin, évêque d’Hippone de Petrini, avait été légué par Feruccio Bolla.

Parmi les autres acquisitions récentes de la pinacothèque7, citons des tableaux religieux de Giuseppe Antonio Orelli (1706-vers 1776), quatre esquisses en terre-cuites de dieux grecs de Francesco Carabelli (1737-1798), Joseph vendu par ses frères et Joseph tire la coupe du sac de Benjamin de Lorenzo Peretti (1774-1851), la Visitation et la Nativité (1792) de Carlo Storni (1761 ?-1792), plusieurs portraits par Antonio Rinaldi (1816-1875), Ernesto Fontana (1837-1918), Luigi Sacchi (1856-1891), Luigi Rossi (1853-1923), Filippo Franzoni (1857-1911) et des paysages par Giovanni Battista Innocente Colomba (1717-1801) (deux Paysages des Alpes avec cascades), Ambrogio Preda (1839-1906), Adolfo Feragutti Visconti (1850-1924).


Michel de Piles, vendredi 17 décembre 2004


Notes

1Achat en 1994.

2Dépôt de la fondation Gottfried- Keller en 1995.

3Par des historiens tels que Voss, Suida, Fiocco et Arslan. Catalogue de l’exposition Giuseppe Antonio Petrini, Lugano, Villa Malpensata, 1991, sous la direction de Rudy Chiappini.

4Le Sommeil de saint Pierre, don de la Société des amis du Louvre en 1991 ; Diogène, achat du Prado en 1992.

5On connaît un portrait de sa femme, la Comtesse Regina Francesca Riva Gianni (collection particulière) et aussi un autre Portrait du Comte, vêtu en orange, réalisé par le fils de l’artiste, Marco Petrini (collection particulière, catalogue exposition Lugano 1991, n° 45, p. 194-195)

6Catalogue exposition Lugano 1991, n° 47, p. 198. Il en existe une autre version en collection particulière.

7Celles postérieures à 2000 seront intégrées à la base acquisition.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le tribunal administratif autorise la construction du stade de Lille sur la citadelle de Vauban

Article suivant dans Brèves : Controverses à propose de l’évolution du Musée du Prado