100 oeuvres restaurées du musée de Libourne Contenu abonnés


Auteur : Marguerite Stahl

jpg-couverture_libourne-jpg Il y a des publications qui valent bien (et même bien plus !) des expositions (est-ce déplacé de le dire ?) et puis, il y a des restaurations (ill. 1) qui valent bien des acquisitions … Par nécessité autant que par inclination et choix délibéré, le musée de Libourne s’est fait grand restaurateur et maigre acquéreur. Mais quel impressionnant bilan que celui que nous livre l’énergique et insatiable Marguerite Stahl : une large campagne de remises en état ponctuée de redécouvertes et de réhabilitations, entamée en 2003 par le musée et la ville de Libourne, avec bien entendu le soutien de la DRAC Aquitaine, du Conseil Général de la Gironde et de l’association des amis de Libourne1. On s’en avise par un fort nourrissant catalogue publié en juin 2009, aux compétentes Editions du Festin à Bordeaux, toujours si heureusement sur la brèche, qui présente quelque cent peintures et sculptures du musée, restaurées en six ans à peine, exploit digne d’être salué et qui constitue le couronnement d’une carrière (Marguerite Stahl vient de partir à la retraite. Qui ne la regrettera !).


JPEG - 51.7 ko
1. Pierre Jérôme Lordon (1780-1838)
L’Arrestation de saint Marc,
en cours de restauration
Libourne, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée de Libourne
Voir l'image dans sa page
JPEG - 43.3 ko
2. Jean-Louis Nicolas Jaley (1802-1866)
Buste du duc Elie Decazes, vers 1830
Plâtre - 68 x 60 x 32 cm
Libourne, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée de Libourne
Voir l'image dans sa page

Trois lignes de force au moins se dégagent d’un tel bilan, en fonction même des richesses de la collection et, disons-le aussi, des choix avisés, courageux même, de la conservatrice qui apparemment ne craint pas la peinture difficile. D’abord, en conséquence de la décisive action très politique de l’intelligent et hyper-actif Elie Decazes (ill. 2), ce subtil royaliste modéré2, devenu ministre et duc par la faveur royale de Louis XVIII qui, tout à la fois, fonde de facto le musée de Libourne en 1818-18193 et, un peu plus tard – en 1829 –,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Vincent van Gogh, Les Lettres

Article suivant dans Publications : La sculpture du XIXe au musée de Lille : un nouveau catalogue