Voyages en Italie de Louis-François Cassas Contenu abonnés


Tours, Musée des Beaux-Arts,du 21 novembre 2015 au 22 février 2016.

Il y a le « vert noir » du lierre, le « vert chaud » de la mousse, le « vert olivâtre » du feuillage, et puis les « bruns violâtres » du bois coupé et le « jaune roux » des pierres... Autant de nuances que Louis-François Cassas notait soigneusement dans les marges de ses dessins et qui témoignent d’un regard minutieux et sensible à la fois. Dessinateur avant tout - c’est sans doute pour cette raison qu’il est aujourd’hui méconnu - il représenta aussi bien des troncs d’arbres éventrés, presque inquiétants, que des vestiges antiques, un brin mélancoliques, leur conférant la même monumentalité héroïque (ill. 1 et 2).


JPEG - 143.1 ko
1. Louis-François Cassas (1756–1827)
Étude de deux troncs d’arbres au lac de Nemi
Pierre noire et graphite - 37,8 x 52,5 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
JPEG - 296.2 ko
2. Louis-François Cassas (1756–1827)
Plusieurs fragments d’architecture à la villa des Empereurs
Plume et encre brune, lavis brun sur papier - 27,9 x 43,7 cm
Ickworth House, The Bristol Collection, National Trust Collections
Photo : Dominique Couineau/National Trust

Après avoir consacré une exposition1 au voyage que l’artiste entreprit dans l’Empire Ottoman, le Musée des Beaux-Arts de Tours retrace ses deux périples en Italie, qu’il fit grâce à deux mécènes successifs : le duc de Chabot et le comte de Choiseul-Gouffier. Il parcourut le pays entre 1778 et 1783, puis séjourna surtout à Rome entre 1787 et 1792.
Rappelons qu’Anne Gilet, conservateur au musée, a consacré sa thèse de doctorat à Cassas et que le musée possède aujourd’hui quelque soixante-six dessins et estampes. Les commissaires de l’exposition ont réuni une centaine d’œuvres venues du monde entier, notamment cinquante feuilles d’Ickworth House (ill. 2 et 3), jamais présentées en France : elles sont issues de la collection du marquis de Bristol, qui en avait acquis 200 en 1823, directement auprès de l’artiste.
Le parcours, à la fois chronologique et géographique, déploie les œuvres par régions - Italie du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Thomas Couture

Article suivant dans Expositions : Alessandro Magnasco (1667-1749). Les années de la maturité d’un peintre anticonformiste