Une sculpture de Jeanne d’Arc pour le Frederic Remington Museum of Art


JPEG - 75.5 ko
Sally James Farnham (1898 - 1943)
Jeanne d’Arc, 1918
Bronze - 49 x 40 cm
Ogdensburg, Frederic Remington Museum of Art
Photo : Sotheby’s

6/7/16 - Acquisition - Ogdensburg (New York), Frederic Remington Museum of Art - C’est l’une des rares femmes sculpteurs qui s’imposa sur la scène américaine au début du XXe siècle. Ses statues monumentales se dressent dans plusieurs villes de l’État de New York : on doit en effet à Sally James Farnham des monuments en mémoire de la guerre de Sécession notamment Spirit of Liberty, ou bien en mémoire de la Première Guerre mondiale, Like Hell You Can. Son œuvre la plus connue est sans doute la figure de Simon Bolivar (1921) dans Central Park ; Bolivar que l’on retrouve à Washington, sur une frise consacrée aux grands personnages qui marquèrent l’histoire des Amériques, The Frieze of Discoverers (1910).

C’est probablement pour obtenir la commande d’un autre monument public qu’elle réalisa un petit bronze représentant Jeanne d’Arc, mis en vente chez Sotheby’s à New York le 9 juin dernier, et acquis pour 7 500 dollars (frais inclus) par le musée d’Ogdensburg, ville natale de Sally James Farnham, qui porte le nom de l’un de ses mentors, le sculpteur Frederic Remington.
Comme nous l’a précisé Michael Reed, qui dirige le Projet de Catalogue Raisonné de Sally James Farnham, l’œuvre n’était connue que par des images datant des années 1920. On a toujours considéré qu’elle avait été créée pour un concours en vue d’obtenir une commande publique pour la Ville de New York ; le concours fut remporté finalement par autre femme qui marqua la sculpture américaine de l’époque, Anna Hyatt Huntington, en 1915.
Mais le bronze de Farnham est daté de 1918, il a donc été plus probablement présenté au concours pour un autre monument, destiné à Washington. En effet, Madame Carlo Polifeme, présidente de la Société des Femmes de France à New York lança en 1916 le projet d’ériger dans la capitale une statue de Jeanne d’Arc en l’honneur des femmes américaines. Mais avec la Première Guerre mondiale, beaucoup de commandes furent reportées ; la Société des Femmes de France décida finalement d’offrir à la ville une réplique de la Jeanne d’Arc de Paul Dubois (1889) qui se trouve à Reims. La statue fut inaugurée le 6 janvier 1922 à Meridian Hill Park. « Pour la liberté et la paix, Lafayette a apporté son épée, pour la paix et la justice, Jeanne vous apporte sa foi » déclara Madame Carlo Polifeme à cette occasion.

L’œuvre de Sally James Farnham se distingue de celle de Dubois comme de celle de Anna Hyatt Huntington qui présentent toutes les deux la Pucelle à cheval, l’épée levée, figure guerrière menant ses troupes au combat. Ici, au contraire, elle a mis pied à terre, porte une armure soigneusement détaillée, mais son épée reste au fourreau. Sa main est posée sur l’encolure de son cheval harnaché, mais au repos, broutant paisiblement. Elle lève le regard au ciel dans une pose davantage méditative, adressant une prière à Dieu.
Farhnahm présenta son œuvre à l’exposition de l’Académie des Beaux Arts de Pennsylvannie en 1922. Le plâtre orignal est connu par des photos, vendues en 1943. Elle rejoint au Musée Frederic Remington treize autres sculptures de cette artiste, qui fut aussi connue pour ses portraits réalistes, du monde des arts ou du monde politique, violoniste, actrices, mais aussi présidents des États-Unis ; Theodore Roosevelt et Warren Hardin. Elle offrit au Musée Frederic Remington un exemplaire du portrait du Maréchal Foch réalisé lors du séjour américain de celui-ci.

Le Projet de Catalogue Raisonné de Sally James Farnham (The Sally James Farnham Catalogue Raisonne Project) a pour but de réunir les archives concernant l’artiste et de poursuivre un programme de recherches, de documentation et de publications pour une meilleure connaissance de son œuvre, la définition d’une chronologie et d’un index des sculptures connues.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mercredi 6 juillet 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Ventes à Londres aux enchères et en galerie

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Sebastiano del Piombo pour Chicago