Un vitrail de Tiffany acquis par le musée de New London


JPEG - 182.7 ko
Louis Comfort Tiffany (1848-1933)
Venez à moi
Verre - 183 x 192 cm
New London, The Lyman Allyn Art Museum
Photo : courtesy of Robert Baldwin
Lyman Allyn Art Museum

21/10/14 - Acquisition - New London, The Lyman Allyn Art Museum - « Venez à moi », invite le Christ1, debout, les bras ouverts, vêtu d’un habit nuancé de roses et de violets. Il apparaît dans une lumière d’aurore, au sein d’un paysage lacustre et montagneux, ponctué de cyprès.
Ce vitrail fut réalisé dans les ateliers de Tiffany en 1924 pour l’église unitarienne-universaliste de toutes les âmes (All Souls Church) à New London (Connecticut). L’œuvre fut offerte par la fille d’Anna Chaplin Rumrill en mémoire de celle-ci, membre de la communauté et décédée en 1919.
L’église a déménagé en 2007 et l’édifice original est à vendre, hélas privé de son vitrail qui a été vendu au Lyman Allyn Art Museum. L’effigie vitrifiée du Christ vient rejoindre dans les collections une série de vases du célèbre artiste.

Comme l’a montré une exposition en 2009-20102, Tiffany bouleversa la production du vitrail en Amérique du Nord, grâce à de nouvelles techniques et de nouveaux types de verre qui lui permirent d’obtenir ce « scintillement de lumière colorée »3 si caractéristique, grâce aussi à son sens de la communication indéniable. On peut véritablement parler d’école américaine du vitrail, fondée à la fin des années 1870 par Tiffany et par son rival John La Farge. « S’il y a un art qui a été développé ici et qui porte la marque du génie américain, c’est bien celui de la fabrication du vitrail ornemental et figuré »4.
Des milliers de vitraux religieux et profanes sont sortis de ses ateliers pour orner des lieux de cultes, des institutions publiques ou des résidences privées. Parmi les thèmes récurrents, Jésus revient sous l’apparence du Bon Pasteur, du Christ ressuscité ou encore bénissant les enfants. La figure du Christ les bras ouverts dans un paysage paradisiaque se retrouve sur d’autres vitraux de Tiffany, par exemple dans l’église de Lockport (État de New York) avec des couleurs plus sombres, ou encore au cimetière de Mayfield Heights (Ohio) avec des tons irisés très similaires à celui du Lyman Allyn Art Museum. À New London, on trouve d’autres vitraux du verrier dans les monuments publiques, cinq notamment illuminent St. James Episcopal Church.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 21 octobre 2014


Notes

1Évangile de Matthieu (11,28-30) : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger ».

2« Louis Comfort Tiffany. Couleurs et lumières », Paris, Musée du Luxembourg, du 16 septembre 2009 au 17 janvier 2010, Montréal, Musée des Beaux-Arts, du 11 février au 2 mai 2010, Richmond, Virginia Museum of Fine Arts, du 29 mai au 15 août 2010.

3LW Miller, Art Amateur, vol 21 n°6 novembre 1889, cité dans le catalogue de l’exposition

4Tiffany, cité dans le catalogue de l’exposition p.74.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : L’amendement sur l’inclusion des œuvres d’art dans l’ISF heureusement repoussé

Article suivant dans Brèves : Publicités géantes : Milan invente le Dôme-sandwich