Un autoportrait de Murillo donné à la Frick Collection


JPEG - 89 ko
Bartolomé Esteban Murillo (1617–82),
Autoportrait, vers 1650-1655
Huile sur toile - 106,6 x 76,2 cm
New York, The Frick Collection,
photo : Michael Bodycomb

28/11/14 - Acquisition - NewYork, Frick Collection - L’un des deux autoportraits connus de Murillo avait été acquis en 1904 par Henry Clay Frick (1849–1919). Il ne rejoignit pas tout de suite les cimaises du musée new-yorkais, mais resta dans la famille, et revint en héritage au fils du collectionneur, Henry Clay Frick II, qui est décédé en 2007 ; la femme de celui-ci qui, Emily T. Frick, a finalement décidé de l’offrir à la Frick Collection. Rarement présentée au public, la toile avait tout de même été prêtée pour l’exposition que le Musée des Beaux-arts de Bilbao avait consacrée en 2009-2010 aux premières années de Murillo.

La compositions est séduisante grâce à l’effet de trompe-l’œil produit par le cadre en pierre posé sur une table. Une inscription logiquement plus tardive indique le nom de peintre, les date de sa naissance et de sa mort. Murillo s’est représenté jeune et le tableau peut être daté autour de 1650-1655. La détermination et la jeunesse de son visage, mis en valeur par le contraste entre les roses de la carnation et le camaïeu de gris qui couvre le reste de la toile, semblent défier le temps qui passe, évoqué par la pierre du cadre abimée, érodée.
Un autre autoportrait de l’artiste, plus âgé, conservé à la National Gallery de Londres, reprend la formule et la développe : non seulement il peint un tableau dans le tableau, mais il brouille les repères en posant sa main sur le rebord du cadre. Une série de documents sont dispersés autour du portrait tandis qu’une inscription signale qu’il a été réalisé à la demande de ses enfants.
L’œuvre à la Frick Collection un autre autoportrait d’artiste célèbre de la même époque, celui de Rembrandt.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, vendredi 28 novembre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le musée de Lyon lance une souscription pour un Corneille de Lyon

Article suivant dans Brèves : Cinq portraits au pastel de Wallerand Vaillant préemptés par Versailles