Regards sur l’art hollandais du XVIIe siècle. Frits Lugt et les frères Dutuit, collectionneurs Contenu abonnés


Paris, Institut Néerlandais, Fondation Custodia. Exposition terminée le 16 mai 2004

JPEG - 56.8 ko
1. Adriaen van Ostade (1610-1685)
Fumeurs et buveurs attablés sous une treille
Paris, Petit Palais
Photo : Petit Palais
Voir l'image dans sa page

Cette exposition réunit un choix d’œuvres des deux ensembles hollandais les plus importants de la capitale après celui du Louvre, actuellement peu accessibles, celui des frères Dutuit à cause de la fermeture pour rénovation du Petit Palais et celui de Lugt parce qu’il est gardé dans les appartements de la fondation Custodia1. Auguste (1812-1902) et Eugène (1807-1886) Dutuit ont constitué leur collection au cours du XIXe siècle, et leur legs entrait à peine au Petit Palais que Frits Lugt (1884-1970) commençait la sienne.

Par bien des aspects, les deux sélections se ressemblent plus qu’elles ne se complètent2. Il s’agit dans les deux cas d’amateurs fortunés3, de curieux passionnés auteurs de livres de référence4 et privilégiant les provenances prestigieuses. Ils amassèrent des tableaux mais aussi des dessins et des séries complètes de gravures, leurs ensembles hollandais constituant la partie la plus importante d’une collection à vocation universelle. Les Dutuit et Lugt sont passionnés par Rembrandt et Cuyp, sensibles aux redécouvertes de leurs époques, Hobbema pour les premiers, les intérieurs d’église, les peintres de Delft, pour le second. Les collectionneurs rouennais ont aimé les scènes de genre typiques de la « manière fine », les œuvres satiriques des Van Ostade (ill. 1), les paysages de Ruysdael, le grand historien d’art a privilégié les raretés (Esaias Bourse, par exemple), le moment particulier ou atypique dans la carrière d’un peintre.
La démonstration permet de mêler les techniques, Rembrandt étant présent à la fois dans la salle des gravures, dans celle des dessins et parmi les peintures. Un bel ensemble de paysages monochromes et de scènes de genre tirés des deux fonds se répondent (Jansens Eliga - Jacobus Vrel), quelques natures mortes et peintures d’histoire, peu de portraits. Lugt sut acheter avant que…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Dante et Virgile aux enfers de Delacroix

Article suivant dans Expositions : La Renaissance en Croatie