Contenu abonnés

Récentes acquisitions du Musée Eugène Boudin de Honfleur

17/1/22 - Acquisitions - Honfleur, Musée Eugène Boudin - Les bovins de Boudin ont un arrière-goût hollandais. L’artiste, en effet, copia au Louvre les œuvres de Paulus Potter et travailla dans l’atelier de Constant Troyon, peintre animalier qui fut à la fois proche de l’école de Barbizon et admirateur des maîtres du Siècle d’or hollandais. Boudin s’en distingue néanmoins et ces vaches qu’il brosse rapidement sont avant tout des taches de couleur ; il cherche moins à saisir des animaux qui ruminent et paissent benoitement au bord de la Touques, qu’à traduire les effets de lumière, sur leur pelage comme dans le ciel. L’un de ses tableaux a été légué en 2021 au Musée Eugène Boudin de Honfleur (ill. 1).


1. Eugène Boudin (1824-1898)
Vaches au bord d’une rivière, vers 1885
Huile sur toile - 54 x 74 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Photo : Musée Eugène Boudin
Voir l´image dans sa page

Autre acquisition du musée, une Vue du Havre peinte par l’artiste en 1866 (ill. 2). L’œuvre, passée chez Artcurial en 2013, a été achetée auprès d’un particulier avec l’aide de la Société des Amis et du FRAM Normandie. Loin des drames et tempêtes mises en scène par les peintres romantiques, Boudin peint une mer moderne, il montre la sortie d’un transatlantique tiré par un vapeur et traduit ce que Baudelaire appelait les « beautés météorologiques ». Il préférait s’éloigner de l’agitation anecdotique des grands ports et regarder le large. « Pour mon compte j’aime peu les quais, il y a là un tohu-bohu de voitures, de colis, de barriques tout à fait comme au Havre, ou plutôt comme à Anvers ; tourbillon agréable pour ceux qui compulsent leurs bénéfices par le nombre de ballots ou de barriques qui sont affalés par les grues, mais cela n’amuse pas le rêveur qui préfère un peu de silence et de solitude, et les voix plus monotones, mais aussi plus poétiques des éléments naturels. Ces villes de commerce vous énervent : là sont la poussière, le cuir salé, le guano surtout,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.