Poussin and Nature Contenu abonnés


New York, Metropolitan Museum, du 12 février au 11 mai 2008. L’exposition était auparavant présentée à Bilbao, Museo de Bellas Artes, du 8 octobre 2007 au 13 janvier 2008.

L’exposition Poussin du Metropolitan Museum, qui avait fait préalablement étape à Bilbao, ne peut être réduite à son titre. D’abord parce qu’il s’agit en réalité d’une véritable rétrospective tant la nature et le paysage sont constamment et à toutes les périodes présentes dans l’œuvre de l’artiste et que si ce thème exclut de facto des chefs-d’œuvre comme le Germanicus ou le Jugement de Salomon, il est tout de même possible de comprendre Poussin sans eux. L’autre raison pour laquelle le sujet lui-même n’est pas profondément signifiant est que, sauf dans certains essais d’introduction du catalogue, la problématique Poussin et la Nature n’est pas véritablement abordée. C’est d’ailleurs le seul léger reproche que l’on pourrait faire à cet admirable rassemblement d’œuvres : les notices auraient été les mêmes pour n’importe quelle exposition Poussin. On a l’impression, en réalité, que le sujet a servi de prétexte à Pierre Rosenberg pour faire à nouveau, après 1994, une présentation monographique d’un de ses peintres préférés. Qu’importe d’ailleurs, celle-ci est admirable.

JPEG - 64.1 ko
1. Nicolas Poussin (1594-1665)
Reconstitution du tableau coupé en deux
(Vénus et Adonis)
A gauche, fragment appartenant au
Patti Bich 1991 Trust
(en dépôt au Metropolitan Museum)
A droite, fragment appartenant au Musée Fabre de Montpellier
Huile sur toiles - 77 x 88 cm (gauche) - 74,5 x 112 cm (droite)
Photos : Service de presse
Voir l'image dans sa page


On ne saura trop recommander à ceux qui le peuvent une visite au Metropolitan Museum. Poussin n’est pas un artiste simple à comprendre. Il invite à l’effort et nécessite de rentrer dans son monde. Mais ceux qui y sont admis y trouveront des merveilles, et dans ce cas précis des merveilles rarement voire jamais vues. Car les commissaires, Pierre Rosenberg donc accompagné de Keith Christiansen, ont privilégié les découvertes, principalement pour les œuvres des débuts. Le visiteur pourra voir nombre de tableaux absents de la rétrospective de Paris…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Dessins nordiques des collections Jean Bonna & Frits Lugt. Le choix d’un collectionneur

Article suivant dans Expositions : Charles Meynier 1763-1832