Love and Mariage in Renaissance Florence : The Courtauld Wedding Chest Contenu abonnés


Londres, Courtauld Institute, du 12 février au 17 mai 2009.

Longtemps négligés par les études d’histoire de l’art, les coffres de mariage de la Renaissance (plus connus sous le nom de cassoni) sont revenus récemment sur le devant de la scène grâce à une série d’expositions. Citons en premier celles organisées aux États-Unis l’année dernière. A Brunswick (Maine) d’abord, Beauty and Duty : The Art and Business of Renaissance Marriage, de mars à juin 2008 ; puis, de novembre 2008 à janvier 2009, celle du Musée Isabella Stewart Gardner de Boston - The Triumph of Marriage : Painted Cassoni of the Renaissance, actuellement au Ringling Museum de Sarasota jusqu’au 17 mai, et celle qui a ouvert au Metropolitan Museum de New York en novembre, Art and Love in Renaissance Italy, dont la deuxième étape a lieu maintenant au Kimbell Museum de Fort Worth (15 mars- 14 juin). Cette dernière couvre un domaine plus large – celui de l’amour en général – avec des objets, des joyaux, des tissus, des céramiques, et présente une large section dédiée au mobilier. Actuellement, et jusqu’au 17 mai, on peut visiter en Europe, à Londres, une troisième exposition sur le même sujet, Love and Marriage in Renaissance Italy. The Courtauld Wedding Chests.

Comme le laissent deviner les titres, ces manifestations se focalisent sur le mariage à la Renaissance, et sur le complexe des rituels dans la formation des familles, dont les coffres peints étaient l’un des symboles les plus éclatants. Leur importance est double. Ils étaient les mobiliers principaux de la décoration des maisons du nouveau couple, et les thèmes de l’histoire classique, de la mythologie ou de la littérature traités sur les panneaux le sont à la manière contemporaine (les vêtements des personnages, leurs attitudes, les architectures) décrivant ainisi les coutumes de la vie à la Renaissance, tel un véritable documentaire. Il faut ajouter que les artistes engagés n’étaient pas seulement ceux que nous connaissons par les archives comme « spécialistes » du genre, mais aussi les grands noms de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Réalités d’un monde. Peintures flamandes et hollandaises du Musée des Beaux-Arts de Strasbourg

Article suivant dans Expositions : Imaginaire de l’Arioste, l’Arioste imaginé