Les univers de Georges Lacombe (1868-1916)


Saint-Germain-en-Laye, Musée départemental Maurice Denis et Versailles, Musée Lambinet, du 13 novembre au 17 février 2012.

JPEG - 76.6 ko
1. Georges Lacombe (1868-1916)
Marine bleue, effet de vagues, 1894-1895
Peinture à l’œuf sur toile - 49,5 x 65,5 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMNGP/ J-M Salingue

Surnommé le « Nabi sculpteur » Georges Lacombe fut aussi peintre, poète, érudit, et créa des œuvres d’une « exquise gaucherie »1, pétries pourtant de références littéraires et artistiques. Alors que ses contemporains se passionnaient pour ces matériaux nobles que sont le bronze et le marbre, il choisit le bois, ce qui lui valut le doux sobriquet d’« imagier attardé du Moyen Age »2 et devint pour finir le « Nabi oublié »3 ; beaucoup de ses réalisations se trouvent d’ailleurs dans des collections privées.
Le Musée Maurice Denis et le Musée Lambinet se sont associés pour lui rendre justice : tandis que Versailles expose ses dessins par thèmes - les portraits, la nature, les études préparatoires et la caricature - Saint-Germain-en-Laye déploie 150 peintures, sculptures, esquisses et photos selon un parcours chronologique et thématique qui montre l’évolution de son art successivement marqué par la rencontre de Paul Sérusier et de Paul Gauguin puis de Théo Van Rysselberghe.

JPEG - 114.1 ko
2. Georges Lacombe (1868-1916)
Vohor, vague verte, vers 1896-1897
Peinture à l’œuf sur toile - 100 x 72 cm
Indianapolis, Museum of Art
Photo : Indianapolis, Museum of Art

L’ouvrage publié à cette occasion ne se présente pas sous la forme d’un catalogue avec des notices, tout simplement parce que le catalogue raisonné de l’artiste est paru en 1998. Les essais explorent chaque étape de sa carrière, étudient l’influence éventuelle de ses contemporains, surtout celle de Gauguin, abordent la place du dessin dans sa création, l’importance de la musique et du théâtre, son intérêt pour la science également visible dans l’exposition ; enfin son entourage familial et amical joua un rôle important, ne serait-ce que sa mère qui brodait avec talent et dont on pourra voir des réalisations à Saint-Germain-en-Laye. Tout un chapitre est…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Les couleurs du ciel. Peintures des églises de Paris au XVIIe siècle

Article suivant dans Expositions : Versailles et l’Antique