Les Batailles de l’empereur de Chine. Quand l’empereur Qianlong adressait ses commandes d’estampes à Louis XV Contenu abonnés


Paris, Musée du Louvre, du 12 février au 18 mai 2009.

JPEG - 99.1 ko
Philippe Le Bas d’après Jean-Denis Attiret
Victoire de Khorgos, 1758 (détail)
Eau-forte et burin - 61,6 x 98 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l'image dans sa page

Dans le cadre des expositions annuelles du fonds Rothschild, le musée du Louvre présente l’exceptionnelle série de gravures en taille-douce dite des Batailles de l’Empereur de Chine.
En 1762, l’empereur Qianlong (1736-1796) décide de décorer le palais Zi Guang Ge de Pékin1 de seize peintures sur papier illustrant ses poèmes sur la « pacification » définitive de la Zungharie et du Turkestan oriental (actuel Xinjiang) entre 1755 et 1759 (ill.). Il charge quatre artistes missionnaires occidentaux : Giuseppe Castiglione (1688-1766), Jean-Denis Attiret (1702-1768), Ignace Sichelbart (1708-1780) et Jean Damascène ( ?-1781), de peindre les esquisses préparatoires. Il décrète ensuite l’envoi en Europe de dessins des missionnaires (quatre en 1766 et les douze restant en 1767) pour les faire graver sur cuivre, procédé inusité alors en Chine. L’empereur ordonne qu’ils soient renvoyés accompagnés des planches gravées, de tirages et du matériel nécessaire à de nouvelles impressions. Après l’arrivée des premiers œuvres en France (1766), la commande européenne de l’Empereur de Chine se transforme en une affaire d’état française par un concours de circonstances clairement décrit dans le catalogue de l’exposition par Pascal Torres, commissaire de l’exposition, impliquant la Compagnie des Indes françaises2, le ministre Bertin et le marquis de Marigny qui aboutit à la réalisation de cette commande à Paris, sous protection royale.
Grâce à la richesse de sa collection Rothschild, le Louvre conserve une suite complète d’épreuves définitives à l’eau-forte et au burin ainsi qu’une série des premières épreuves à l’eau-forte3.

L’accrochage de ces planches réunies par sujet sur des canapés invite à s’intéresser au processus d’élaboration des gravures, étudié dans le catalogue4. Pascal Torres y relate avec…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Salon du dessin 2009

Article suivant dans Expositions : De Van Dyck à Bellotto. Splendeurs de la cour de Savoie