Salon du dessin 2009 Contenu abonnés


Organisé un peu plus tôt que l’année dernière, pour se rapprocher de la date de la Foire de Maastricht et attirer les conservateurs et les collectionneurs étrangers qui peuvent ainsi plus facilement se rendre à ces deux événements, le Salon du Dessin vient d’ouvrir ses portes au Palais de la Bourse, comme c’est désormais son habitude.

JPEG - 49.3 ko
1. Giovanni Girolamo Savoldo
(1480-v. 1548)
Etude pour saint Pierre
Pierre noire et
rehauts de blanc - 30,5 x 16,8 cm
Galerie Jean-Luc Baroni
Photo : Galerie Jean-Luc Baroni
Voir l'image dans sa page

Il y a quelque chose de rassurant à visiter, années après années, ce véritable musée du dessin. Malgré l’antienne de la raréfaction des œuvres, on y voit toujours un nombre considérable de feuilles intéressantes. La taille raisonnable de ce Salon n’est pas étrangère au plaisir qu’on y prend, l’ensemble demeurant à échelle humaine. Lors de la soirée d’inauguration, les collectionneurs et conservateurs, français comme étrangers, étaient nombreux à parcourir les stands et les points rouges affichés à la fin de la soirée montraient que les œuvres de qualité se vendent bien, même en temps de crise.
Une nouveauté par rapport aux éditions précédentes : la participation de plusieurs marchands spécialisés dans le dessin contemporain. Fort heureusement, leur présence ne réduit pas vraiment la place attribuée aux feuilles plus anciennes, puisqu’un peu d’espace supplémentaire a été gagné sur les coulisses.

Puisqu’il faut bien se donner des limites et qu’on ne peut décrire tout ce que l’on a aimé, nous choisirons cette année de distinguer une feuille et une seule par stand. Exercice frustrant puisqu’il peut arriver que chez un même marchand tout ou presque nous plaise alors que chez un autre (bien peu heureusement), on peine à trouver un dessin qui nous paraisse sortir du lot. Comme d’habitude, notre choix purement subjectif ne s’attachera pas forcément au nom, au prix, ni même à l’importance de l’œuvre dans l’histoire de l’art. Il s’agira…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : La magie des images. L’Afrique, l’Océanie et l’art moderne

Article suivant dans Expositions : Les Batailles de l’empereur de Chine. Quand l’empereur Qianlong adressait ses commandes d’estampes à Louis XV