Contenu abonnés

Le Clark Art Institute achète un cabaret de Sèvres

4/11/21 - Acquisition - Williamstown, Clark Art Institute (Massachusetts) - C’est un présent en quelque sorte doublement impérial qui vient de rejoindre les collections du Clark Art Institute, un chef-d’œuvre sorti des fours de la Manufacture de Sèvres et de l’atelier de Marie-Victoire Jaquotot, prestigieuse peintre sur porcelaine, en vue d’être offert à l’impératrice Joséphine le 24 juin 1812. Ce Cabaret des femmes célèbres (ill. 1) dont nous avions déjà parlé avant son passage en vente chez Osenat au printemps (voir la brève du 18/3/21) y a remporté un joli succès : estimé 80/100 000 €, il s’arracha pour 262 500 € avec les frais, un résultat fastueux largement dû à sa richesse exceptionnelle mais aussi à son histoire et son caractère féminins.


1. Manufacture impériale de porcelaine de Sèvres et Marie-Victoire Jaquotot (1772-1855)
Vue d’ensemble du Cabaret des femmes célèbres, 1811-1812
Porcelaine dure
Williamstown (Massachusetts), Clark Art Institute
Photo : Osenat
Voir l´image dans sa page

Renvoyé à la Manufacture de Sèvres par Joséphine, il fut ensuite livré au Palais des Tuileries le 28 décembre 1812 afin d’être offert en étrennes par l’autre impératrice - la jeune Marie-Louise - à la comtesse de Ségur, née Antoinette Élisabeth Marie d’Aguesseau en 1756. Petite-fille du chancelier d’Aguesseau, celle-ci avait épousé en 1777 le comte Louis-Philippe de Ségur (1753-1830) qui traversa sans encombre la tourmente révolutionnaire, passant allègrement de l’Ancien Régime à l’Empire dont il devint même le grand maître des cérémonies de Napoléon Ier, qu’il servit fidèlement jusqu’à Waterloo. Passant ensuite au service de Louis XVIII, qui le fit pair de France, il put défendre ses idées libérales à la Chambre des Pairs et eut la joie de voir Louis-Philippe d’Orléans monter sur le trône quelques semaines avant sa mort. Les traits de son épouse restent connus par le très beau portrait qu’en fit Élisabeth-Louise Vigée Le Brun sous le règne de Louis…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.