Le brasier. Le Louvre incendié par la Commune


Auteur : Nicolas Chaudun.

Jamais, en un laps de temps aussi court, Paris n’avait subi un tel traitement. Quelque soixante-dix ans plus tard, même l’occupant allemand se retint au dernier moment et épargna la capitale française du dynamitage de ses plus beaux monuments. Nicolas Chaudun retrace, dans ce court récit, ces quelques jours qui transformèrent en ruines certains des plus beaux trésors architecturaux de Paris et qui faillirent voir la disparition du Louvre.
Certes, une partie des collections du musée, celles considérées comme les plus précieuses, avaient été évacuées en septembre 1870. Les fleurons de la Renaissance italienne, notamment, étaient à l’abri. Mais sans ces héros modestes et oubliés que furent Joseph-Henri Barbet de Jouy, conservateur du musée, et Bernardy de Sigoyer, commandant de l’armée officielle, Le Radeau de la Méduse de Géricault, Le Sacre de David ou La grande Odalisque d’Ingres, des centaines d’œuvres par les plus grands peintres français des XVIIIe et XIXe siècles, les tableaux des écoles flamande et hollandaise, qui font aujourd’hui la gloire du musée, auraient terminé en fumée.

Choisissant la forme du récit historique qui se lit comme un roman, Nicolas Chaudun n’invente rien, cependant. Il s’est basé sur les témoignages et les archives de l’époque – dont celles des sapeurs-pompiers que personne n’avait songé jusqu’ici à consulter – pour retranscrire de la façon la plus vivante et la plus exacte possible ces moments de folie.
La folie, ce fut bien sûr celle des Versaillais dont il ne cache pas la réelle barbarie : tous les insurgés pris les armes à la main ou dont on soupçonnait sur la foi d’un jugement expéditif qu’ils avaient pris part aux combats, étaient passés par les armes sans aucune forme de procès. Il confirme bien que ces massacres ne furent pas la réponse aux incendies et qu’ils étaient décidés dès le début de la répression.
Mais il n’occulte pas non plus ce qu’on a du mal à dire aujourd’hui sans passer pour un ennemi du peuple : la barbarie fut également du côté des fédérés. Barbarie envers les hommes puisqu’ils massacrèrent aussi, mais surtout barbarie envers la culture et l’art. Pas davantage que les assassinats des troupes de Thiers ne furent causés par les incendies des monuments, ceux-ci ne servirent à répondre aux massacres. La destruction de Paris fut décidée très tôt, lorsque la Commune comprit que sa défaite n’était qu’une question de jours. Il fallait donc supprimer, symboliquement, tout ce qui pouvait rappeler ce qu’ils combattaient. La politique de la terre brûlée.

Paris y perdit une partie de son âme. L’hôtel de ville Renaissance, et ses plafonds par Ingres et Delacroix, le palais d’Orsay et ses décors de Chassériau, le palais de la Légion d’Honneur, chef-d’œuvre de l’architecture du XVIIIe siècle, le Palais des Tuileries et ses décors, bien d’autres monuments encore, bien d’autres œuvres d’art, tout cela périt dans les flammes, sans aucune autre raison que la volonté de détruire. Nicolas Chaudun rappelle que les ordres étaient d’incendier aussi l’Hôtel de la Marine qui ne dut son salut qu’à la présence dans ses murs d’une infirmerie1 et que Notre-Dame ne fut sauvée que de justesse…
Mais c’est au Louvre qu’il consacre l’essentiel de ce livre, le Louvre qui ne faisait qu’un avec les Tuileries et qui, on ne s’en souvient plus, fut aussi en partie détruit. Au nord, le pavillon de Marsan et l’aile longeant la rue de Rivoli brûla jusqu’au pavillon de Rohan. Au sud, le feu gagna la grande galerie vide, progressant par les combles. Il ne fut interrompu, juste avant les guichets, que grâce à une brèche creusée par les efforts conjugués de Bernardy de Sigoyer et Barbet de Jouy.
Un troisième foyer, allumé sciemment pour détruire la bibliothèque impériale qui se trouvait dans le pavillon Richelieu, toucha aussi le palais. Disparurent dans cet autre incendie plus de 100 000 volumes précieux, parmi lesquels les 435 planches aquarellées des Oiseaux d’Amérique par Audubon.

Près de 150 ans après les faits, n’est-il pas enfin temps de regarder cette sombre période de l’histoire de France sans préjugés, en historien ? Il fallait un vrai courage à Nicolas Chaudun pour écrire ce livre qui s’oppose à la doxa sacralisant la Commune, comme si l’Histoire n’était qu’affaire de croyance et d’idéologie.


Nicolas Chaudun, Le brasier. Le Louvre incendié par la Commune, Actes Sud, 2015, 208 p., 19,80 €. ISBN : 9782330027650.

N. B. Nous recevrons Nicolas Chaudun dans notre émission La Semaine de l’Art qui sera diffusée en direct mercredi 11 mars 2015 à 18 h.

Acheter ce livre (parution le 11 mars 2015).


Didier Rykner, dimanche 8 mars 2015


Notes

1Cela n’arrêtait pas certains qui ordonnèrent (en vain) que l’on brûlât tout : monument et blessés !





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 2 janvier 2015 au 26 février 2015

Article suivant dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 27 février au 6 avril 2015