La Russie romantique. Chefs-d’œuvre de la galerie nationale Tretiakov Moscou Contenu abonnés


Paris, Musée de la Vie Romantique, du 28 septembre 2010 au 16 janvier 2011.

JPEG - 104.2 ko
1. Aleksander Orlowski (1777-1832)
Cosaques du fleuve Don, vers 1810
Huile sur panneau - 69,3 x 58 cm
Moscou, Galerie Tretiakov
Photo : Galerie Tretiakov/A. Charooukhov
Voir l'image dans sa page

Le Musée de la Vie Romantique aime sortir des sentiers battus. Il nous propose cette fois une fort instructive exposition sur les artistes romantiques russes, un sujet encore peu connu en France. Toutes les œuvres proviennent de la galerie Tretiakov, le musée moscovite dédié à l’école nationale.

On regrettera un peu que la peinture d’histoire ne soit que faiblement représentée, à l’exception d’une esquisse de Karl Brioullov pour Le Dernier Jour de Pompéi, grand tableau et véritable morceau de bravoure qui fut exposé à Paris en 1834 (ceux qui ont pu visiter à Rome Maestà di Roma en 2003 avaient pu le voir exceptionnellement déplacé à la Galleria d’Arte Moderna).
Seuls deux lavis du même peintre, représentant des turcs et réalisés lors de son voyage en Asie Mineur, et un tableau d’Aleksander Orlowski, Cosaques du fleuve Don (ill. 1) peuvent être encore rapprochés de ce genre. Ils sont surtout très proches des scènes peintes par Horace Vernet.
Souvent formés en France ou par des artistes français, ayant beaucoup voyagé, en Allemagne notamment, les peintres russes montrent ce qu’ils doivent à l’art de ces deux pays, même s’ils possèdent leur propre originalité. On pourrait ainsi invoquer l’exemple des paysagistes germaniques, Friedrich en premier lieu, dans des œuvres comme La Traversée du Dniepr par Nikolaï Gogol (ill. 2), d’Anton Ivanovitch Ivanov ou La Tempête (ill. 3) de Maxime Nikiforovitch Vorobiev mais ce serait sans doute fort réducteur, tant ces toiles traduisent un sentiment encore différent et indéfinissable.


JPEG - 73.8 ko
2. Anton Ivanovitch Ivanov (1818-1863)
La traversée du Dniepr par Nikolaï Gogol, 1845
Huile sur toile - 61 x 91,3 cm
Moscou, Galerie Tretiakov
Photo : Galerie Tretiakov/A. Charooukhov
Voir l'image dans sa page
JPEG - 76.4 ko
3. Maxime Nikiforovitch Vorobiev (1787-1855)

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Rubens, Poussin et les peintres du XVIIe siècle

Article suivant dans Expositions : Venise. Canaletto et ses rivaux