La Poste du Louvre ne sera pas classée, mais elle sera cassée


JPEG - 146.5 ko
1. Photo ancienne de la partie usine de la poste du Louvre
où l’on voit les nefs métalliques
Photo : site Archicab/JF Cabestan

Décidément, le Ministère de la culture fait preuve d’une incurie incurable à l’égard du patrimoine. Nouvelle victime de son apathie : la poste du Louvre dont Vincent Berjot, directeur des patrimoines, au nom d’Aurélie Filippetti, a récemment refusé l’instance de classement.
Construit entre 1880 et 1888 par Julien Guadet (1834-1908), cet édifice de pierre et de fer est emblématique de la IIIe République. Il occupe tout un îlot délimité par la rue du Louvre, les rues Étienne Marcel et Jean-Jacques Rousseau, ainsi que le passage Gutenberg, et se compose de deux parties autonomes : l’hôtel et l’usine. L’hôtel des postes ayant une vocation publique et administrative, il se dresse en guise de vitrine sur la rue du Louvre, bâtiment de pierre monumental conçu pour s’intégrer au paysage parisien. Destinée au tri et à la distribution du courrier, l’usine est logiquement fermée au public. Or, elle abrite un chef-d’œuvre largement méconnu de l’architecture industrielle de la fin du XIXe siècle : elle se compose en effet de vastes plateaux rythmés de poutres-treillis métalliques formant une véritable nef, divisée en deux vaisseaux, d’une portée de douze mètres d’un côté, de seize mètres de l’autre, séparés par une ligne de colonnes en fonte (ill. 1 et 2). De l’extérieur, rien ne se devine, Guadet ayant entouré l’usine d’une enveloppe de pierre pour une meilleure intégration au quartier.

JPEG - 213.8 ko
2. Photos de la poste du Louvre
Côté usine, avec les doubles vaisseaux métalliques
de part et d’autre d’une cour allongée
Photo : site Archicab/JF Cabestan

Ces espaces qui témoignent d’une fabuleuse prouesse technique ont évidemment subi des modifications avec le temps, des entresols et autres ajouts répondant à l’évolution de l’activité postale (ill. 3). Jean-François Cabestan, historien de l’architecture, souligne cependant que ces aménagements successifs sont réversibles. La seule dégradation sérieuse qu’a endurée la poste jusque là est involontaire, puisque c’est un incendie qui, en 1975, a détérioré les parties hautes de l’usine, reconstruites depuis.

Aujourd’hui, ce sont des transformations d’un tout autre genre qui menacent cette « cathédrale de fer » (ill. 4, 5 et 6). La Poste, dont l’activité a été largement bouleversée par le numérique a en effet décidé de réorganiser ses services et de restructurer l’espace qu’ils occupent. Sur les quelque 35 000 m² qu’offre le bâtiment, les activités postales ne devraient plus s’étendre que sur 10 000 m² environ. Qu’adviendra-t-il du reste ? Ô surprise : un hôtel de luxe. Il devrait investir le dernier niveau et la toiture, soit 7 200 m², offrant à ses clients un jardin et une terrasse. Les valeurs patrimoniales ne font guère le poids face aux valeurs foncières. Des commerces (2 300 m²), des bureaux (10 000 m²) et des logements sociaux (1 200 m²) - inévitables car ils servent à justifier l’opération immobilière - occuperont le reste de l’espace. Comment résister aux sirènes d’une rentabilité à court terme ?
Voilà donc un édifice bientôt doté de nouvelles fonctions aussi multiples que disparates. Quelqu’un a-t-il défini les capacités de ce bâtiment avant de déterminer le programme de son utilisation future ? Cela aurait évité au maître d’ouvrage de reprocher à l’architecture de Guadet, d’être ce qu’elle est. Sans rire, on se lamente de sa « rigidité monolithique » qui vient « contrarier » la composition du quartier.

JPEG - 149.3 ko
3. La Poste du Louvre aujourd’hui
Premier étage
Photo : Jean-François Cabestan

C’est Dominique Perrault qui a remporté en juillet 2012 le concours lancé par Post Immo. Quant au jury, on sait qu’il était présidé par Jean-Paul Bailly et comprenait des membres du Comité exécutif du groupe La Poste, des politiques également - Anne Hidalgo et Jean-François Legaret - ainsi que quatre mystérieux architectes dont les noms ne seront pas « révélés, pour des raisons de confidentialité. » (comme nous l’a dit très sérieusement la direction de la communication de la Poste...). Qui représentait donc les intérêts patrimoniaux de la Ville de Paris ? Anne Hidalgo ? Tout s’explique alors, elle qui n’a pas l’air d’aimer la IIIe République, en témoigne la malheureuse place de la République vandalisée. Marie-Jeanne Dumont, architecte et historienne1, regrette que le secrétaire général de la commission du Vieux Paris n’ait été invité à faire partie du jury du concours. La commission a d’ailleurs protesté contre le projet de restructuration tel qu’il apparaissait dans les documents communiqués, mais son avis n’est que consultatif.

JPEG - 249.3 ko
4. Projet de Dominique Perrault
pour la restructuration de la poste du Louvre
Photo : Dominique Perrault

On aurait aimé obtenir les projets détaillés des différents candidats, mais la Poste « n’a pas souhaité communiquer » sur le sujet. Ceux-ci devaient, de toute façon, s’adapter à la densité du programme imposé par Post Immo. La réponse de Dominique Perrault – que nous n’avons pas réussi à joindre - semble néanmoins assez radicale : garder la façade, évider la masse. « Vider largement le cœur de l’îlot depuis le rez-de-chaussée de sorte que les planchers de l’immeuble poursuivent leur développement autour du vide. » Son projet est détaillé par Jean-François Cabestan sur son site et dans un article d’ AMC n°226 (septembre 2013) : « L’évidement de la masse bâtie, l’agrandissement et la fusion des cours ont pour corollaire le démantèlement des nefs, la destruction d’importantes surfaces de planchers à voutains, de même que l’intégralité des élévations des cours intérieures. Un vœu de préservation des structures métalliques aboutit à l’hypothèse d’en métamorphoser une importante proportion en des ouvrages hors œuvre, sortes de trophées exhibés et pour certains remontés hors contexte, exposés aux intempéries et à d’ultérieurs détournements. » Le niveau des combles sera recomposé. La façade elle aussi sera modifiée, avec la suppression des fenêtres d’origine au profit de « bow-windows en creux » ainsi que l’agrandissement des baies de l’étage d’attique sur la façade principale. La création d’un deuxième sous-sol entrainera la disparition des sous-sols voûtés d’origine (ill. 2,3,4).
L’édifice de Guadet perdra son identité et avec elle, sa valeur patrimoniale ; la voie sera libre alors pour de prochaines métamorphoses, dans les années à venir. « Le ministère n’est plus garant de notre mémoire », commente Pierre Housieaux, président de l’association Paris Historique.
Finalement, ce bâtiment est condamné par sa modernité même, qui induisait dès le départ sa flexibilité. La Poste n’hésite d’ailleurs pas à instrumentaliser les propos de l’architecte en rappelant qu’il parlait lui-même de « bâtiment transformable ». Alors, si même l’auteur donne sa bénédiction d’outre-tombe, allons-y gaiment et jouons aux Lego. Mais transformer ne veut pas dire dénaturer.

JPEG - 111.8 ko
5. Projet de Dominique Perrault
pour la restructuration de la poste du Louvre
© Dominique Perrault

L’Association Paris historique s’est opposée à ce projet, d’abord en diffusant une pétition (que nous vous engageons à signer) et en organisant une journée d’études le 7 novembre 20132 – au cours de laquelle les maîtres d’ouvrage ont brillé par leur absence. Elle a aussi entrepris un recours gracieux afin d’annuler le permis de construire délivré le 15 novembre 2013, avant de demander une instance de classement de la poste du Louvre. Le ministère a répondu la semaine dernière dans une lettre que l’on peut résumer ainsi : « pas coupable, pas responsable » :

« S’agissant des modifications extérieures, qui concernent principalement les baies et les couvertures, déjà fortement reprises après un incendie, dans les années1980, l’architecte des bâtiments de France a estimé, dans le cadre de sa compétence au titre des abords de monuments historiques [la Place des Victoires] et du site inscrit de Paris, qu’elles pouvaient être acceptées, et a donné son accord au projet.
Les modifications intérieures ne relevaient pas […] de la compétence de l’architecte des bâtiments de France. S’agissant de la structure métallique des allées de tri, des éléments significatifs seront conservés et remployés dans le cadre du projet. […]
En résumé, les modifications projetées, validées par l’architecte des bâtiments de France pour ce qui concerne les extérieurs, ont été considérées comme acceptables et équilibrées, au regard de l’importance du projet. L’adoption d’une instance de classement ne paraît donc pas justifiée.
 »

JPEG - 237 ko
6. Projet de Dominique Perrault
pour la restructuration de la poste du Louvre
© Dominique Perrault

Comment le ministère peut-il se cacher derrière l’architecte des bâtiments de France qui n’a en l’occurrence aucun pouvoir sur les modifications intérieures de l’édifice, celui-ci n’étant ni inscrit, ni classé, comme le rappelle Pierre Housieaux ? La poste du Louvre ne bénéficie que d’une Protection de la Ville de Paris (PVP) créée dans le cadre du PLU de 2006. Marie-Jeanne Dumont affirme qu’il s’agissait « d’une politique très ambitieuse, intégrant des édifices de nature différente, anciens et modernes, historiques ou anonymes, au centre et en périphérie. Aujourd’hui pourtant la Ville semble vouloir s’en remettre aux seuls services de l’État pour la protection du patrimoine parisien. Les PVP sont appliquées a minima, soumises à interprétations et négociations. »

Difficile aujourd’hui de mobiliser les foules pour défendre un bâtiment dont personne ne connaît la partie la plus extraordinaire. Il aurait fallu que la Poste accepte d’ouvrir l’accès au public à l’occasion des journées du patrimoine, ce qu’elle n’a évidemment pas fait. Avec la bénédiction du ministère, les travaux de restructuration du bâtiment de Guadet devraient donc commencer prochainement. Doit-on rappeler, que l’instance de classement est une décision politique et non pas administrative ? Elle dépend de la seule volonté du ministre de la culture. Mais celle-ci est trop occupée, manifestement, à faire respecter la parité à tous les postes de direction pour s’occuper de la protection des monuments historiques.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 27 mars 2014


Notes

1Marie-Jeanne Dumont a été secrétaire générale de la Commission du Vieux Paris de septembre 2007 à mai 2011. Elle enseigne à l’ENSA de Paris-Belleville

2Des vidéos sont visibles sur le site de Jean-François Cabestan.




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Projet de loi patrimoine : des domaines nationaux bientôt protégés ?

Article suivant dans Patrimoine : Le martyre des apôtres de Louviers