La ligne souple. Dessins d’Abel de Pujol Contenu abonnés


Valenciennes, Musée des Beaux-Arts, du 20 octobre 2011 au 3 janvier 2012.

JPEG - 82.7 ko
1. Vue de l’exposition Abel de Pujol
au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes
Photo : Didier Rykner

Les baisses budgétaires peuvent parfois avoir du bon. Elles obligent les musées à réduire les grandes expositions pour privilégier leurs collections permanentes, ce qui peut réserver de bonnes surprises grâce à la révélation d’œuvres peu ou mal connues.

C’est ainsi que le Musée des Beaux-Arts de Valenciennes propose un accrochage consacré uniquement à son importante collection de tableaux et de dessins d’Abel de Pujol1, complété par des feuilles appartenant à la bibliothèque de la ville. Si seul un petit opuscule, guide de visite, a été publié, ce n’est pas au détriment du travail de fond puisque d’ici la fin du mois de novembre devrait paraître le catalogue complet de l’ensemble conservé au musée.
La plupart des tableaux sont montrés en permanence dans les salles, à l’exception de trois toiles sorties pour l’occasion des réserves2. La plupart des dessins sont présentés, seules quelques feuilles en mauvais état ou de qualité médiocre sont restées dans leurs boîtes3. La présentation, simple, un peu à la manière de réserves où les œuvres sont accrochées sur des grilles (ill. 1), est agréable, mais il est dommage que certaines soient accrochées trop haut, alors que la place ne manque pas. A cette réserve près, l’exposition est une réussite qui permet de découvrir un artiste talentueux. S’il fut un bon peintre de chevalet, ses réelles qualités sont surtout celles d’un décorateur (un aspect de son œuvre qui ne peut être qu’évoqué dans un musée), et d’un grand dessinateur.


JPEG - 69.7 ko
2. Alexandre-Denis Abel de Pujol (1787-1861)
Autoportrait, 1806
Huile sur toile - 71 x 54 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMNGP/R. G. Ojéda
JPEG - 80.1 ko
3. Alexandre-Denis Abel de Pujol (1787-1861)
Autoportrait, 1812
Huile sur toile - 55 x 45 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMNGP/R. G. Ojéda

L’accrochage commence avec deux autoportraits (ill. 2 et 3), d’une frappante qualité,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte (1750-1950)

Article suivant dans Expositions : Daniel Sarrabat (1666-1748), l’éclat retrouvé