L’Etat va vendre Notre-Dame de Paris ! Contenu abonnés


JPEG - 88 ko
Façade du futur centre aquatique L... M...
(avant restauration), Paris
Photo : Wikipedia

On sait que l’Etat français, qui cherche désespérément de l’argent, vend les meubles. Après l’Hôtel de la Marine, il paraissait évident que cette grande braderie n’allait pas s’arrêter là. La crise économique accélère les choses. C’est maintenant l’un des bâtiments les plus emblématique de la France que l’on s’apprête à céder à une entreprise privée qui, selon nos informations, serait un grand groupe hôtelier.

Celui-ci voit manifestement les choses en grand : il s’agit d’installer, au cœur même de l’édifice prestigieux, un centre de loisirs nautiques autour d’une grande piscine qui serait creusée en son sein « dans le respect complet de l’architecture gothique qu’il n’est pas question de dénaturer » nous a indiqué l’Architecte en chef des monuments historiques.
Lorsque la piscine ne sera pas utilisée, par exemple le 14 juillet quand un grand bal populaire sera organisé dans la nef, « le sol dallé rétractable se remettra en place grâce à un système de verrains hydrauliques très sophistiqué. »

Pour faire plus joli, la façade sera repeinte en jaune. « Nos sondages ne laissent aucun doute. Nous avons retrouvé des traces de doré qui laissent penser que tout le côté ouest était entièrement décoré selon les mêmes teintes que le château de Fontainebleau. C’est même Notre-Dame qui avait inspiré l’architecte de la Cour des Offices1. Les documents le prouvent : nous avons retrouvé, dans une vieille édition de la bibliothèque rose de Notre-Dame de Paris, une illustration où l’on voit Quasimodo, vêtu d’un habit jaune, se cacher de Frollo en se plaquant contre la façade. De toute façon, même si l’on se trompe, ce n’est pas grave. Comme le dit mon collègue de Versailles, la façade de Notre-Dame est entièrement du XIXe siècle. En fait, elle n’a pas vraiment d’intérêt ».

Selon le ministère de la Culture, il est inutile de s’alarmer. Le cahier des charges est extrêmement strict : « Il…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Menaces sur des bâtiments Art Déco à Paris

Article suivant dans Patrimoine : La prison Saint-Joseph à Lyon de Louis-Pierre Baltard