Histoires des arts visuels. Pour un enseignement au collège et au lycée


Dans une politique de démocratisation culturelle, avec un souci légitime de rendre plus accessible les chefs-d’œuvre artistiques de l’humanité, d’assurer une plus vaste audience au patrimoine culturel, le gouvernement a souhaité étudier les possibilités d’un enseignement d’histoire de l’art (lettre de mission du Président de la République à Madame la Ministre de la Culture et de la Communication, du 1er août 2007) et est en train de réfléchir sur les modalités pratiques d’une histoire des arts dans les différents cycles de l’éducation.
L’histoire des arts visuels est en effet appelée à devenir une des nouvelles humanités du monde à venir, un socle de base pour l’élève, afin qu’il puisse construire sa propre identité, mieux s’intégrer au sein de l’environnement culturel de la nation et contribuer à l’élaboration du patrimoine de l’humanité.

C’est pourquoi, cet enseignement devrait avoir un triple but :

- transmettre aux élèves une formation leur permettant de comprendre et d’aimer le patrimoine artistique passé et actuel, à tous les niveaux (du monument du village aux œuvres les plus contemporaines universellement connues).Un tel besoin est montré par le succès des expositions portant aussi bien sur l’art ancien que sur les créations artistique contemporaines, l’engouement du public pour les Journées du Patrimoine ou l’intérêt qu’il manifeste pour la préservation de celui-ci, la densité et la richesse patrimoniale de la France.

- fournir aux élèves des outils pour connaître les arts dans leur histoire afin de mieux se les approprier. En effet, les formes d’expressions artistiques se sont multipliées et heureusement démocratisées et seul un enseignement fondé sur l’histoire permet de comprendre la richesse actuelle.

- donner à l’élève les possibilités de comprendre les images qui l’entourent, les sens qu’elles véhiculent, les enjeux de la culture visuelle dont il est l’acteur. Le monde moderne est devenu une civilisation de l’image, du panneau publicitaire à l’écran (de la télévision, du cinéma, de l’ordinateur), qui intègre aussi de nombreux éléments provenant d’un héritage visuel médiatisé.

Afin de donner à l’élève des outils d’appropriation et de réflexion qui lui permettent à la fois de comprendre le passé et le présent, cet enseignement nous semble devoir :

- s’appuyer sur l’acquisition de connaissances historiques et méthodologiques, portant sur l’évolution des différentes expressions artistiques et sur des objets et enjeux bien précis ;

- être reconnu comme une discipline avec une heure d’enseignement obligatoire par semaine de la 6e à la Terminale, un discipline distincte donc de l’actuelle orientation histoire des arts au lycée (légitimement orientée surtout vers l’architecture et la création contemporaine), autonome au même titre que l’histoire, l’éducation civique ou l’éducation musicale (voir la proposition de programme en annexe) ;

- être dispensé par des enseignants ayant suivi une formation en histoire des arts (qui correspond en grande partie à l’enseignement d’histoire de l’art dans l’université) ;

- être dispensé par des enseignants dont les compétences et capacités pédagogiques auront été reconnues par un concours spécifique, dans le cadre par exemple d’un capes et d’une agrégation « histoire-histoire des arts », (comme il existe actuellement « histoire-géographie »), ce qui n’empêchera naturellement pas l’enseignant de faire intervenir des acteurs du monde culturel (artistes, conservateurs et animateurs du patrimoine, …).

Un tel enseignement d’histoire des arts visuels permettrait ainsi, aux jeunes générations actuelles, de comprendre les enjeux patrimoniaux et culturels d’un nouveau millénaire et de les envisager avec confiance.
De plus, dans l’Union européenne dont la France assumera prochainement la présidence, cet enseignement qui retracera les échanges entre les différentes civilisations au cours des siècles, peut constituer un remarquable exemple d’histoire positive commune et un formidable facteur de cohésion entre tous les pays.

Olivier Bonfait
(mis en ligne le 18 janvier 2008)

Annexe
Propositions de programme
pour un enseignement d’histoire des arts visuels

Collège

Un socle de connaissances historiques pour comprendre l’environnement visuel et artistique
Le programme d’histoire des arts, en complémentarité des découpages chronologiques du programme d’histoire, et en coordination avec les enseignements des différentes formes d’expression artistique (les langues avec principalement le français,l’éducation musicale, les arts plastiques, l’expression corporelle) propose chaque année un ensemble de connaissances cohérent, articulé entre des savoirs sur une grande période et des outils pour appréhender les connaissance (avec notamment des interventions extérieures pour analyser les principaux supports de l’expression artistique et leur préservation). En apprenant à voir, du plaisir du regard à la capacité d’analyser l’image, l’élève se construit une culturelle personnelle qui lui permet de trouver sa propre identité et de comprendre les enjeux des expressions artistiques passées et actuelles, du patrimoine de son lieu de vie, de la nation, et du monde.

6e Histoire : Histoire des arts : les civilisations antiques
Outils : découvrir et interpréter les civilisations disparues : l’archéologie ; la sculpture : contraintes techniques et invention ; survivances et réappropriations des monuments du passé : de la poétique de la ruine aux politiques patrimoniales

5e Histoire : Les arts visuels en Méditerranée au Moyen Age ; le XVIe siècle européen
Outils : l’ornement (ce qui permettra de montrer un dialogue entre les civilisations méditerranéennes) ; l’idée de Renaissance ; l’architecture (contraintes techniques, langage formel, la rhétorique des ordres)

4e Histoire : l’Europe classique et baroque ; les arts autour de 1800 ; l’art à l’âge industriel
Outils : l’unité entre les arts visuels ; la représentation de l’histoire ; l’œuvre unique et multiple (les nouveaux procédés techniques, de la gravure au cinéma)

3e Histoire : une approche d’une ou deux civilisations artistiques hors de l’Europe (rappel : la civilisation islamique aura été traitée en 5 e) ; les nouvelles formes d’art dans le monde d’aujourd’hui (1914-2007)
Outils : le monument (forme et fonction) ; diversité et richesse des cultures visuelles : découverte et dialogue ; le rôle de l’art dans le monde actuel.

Lycée

Des approches synthétiques et problématisées pour donner les outils critiques de la réflexion, l’interprétation et l’appropriation.
Un socle de connaissances historiques avec les grandes lignes de l’évolution des différentes expressions artistiques est considéré comme acquis. Le programme vise donc, par des approches méthodologiques et diachroniques à exercer et stimuler les capacités de raisonnement et l’esprit critique. Pour ce faire, il insiste plus sur les méthodes d’analyse en 2e (mais en partant des œuvres) et prend en compte, en cycle terminal, de nouvelles dimensions, anthropologiques, économiques et sociales. Toujours construit en cohérence avec le programme d’histoire (plus diachronique en 2e, plus axé sur la période contemporaine en 1ere) ou de philosophie (terminale), l’enseignement peut être adapté en fonction des spécificités des parcours (L, ES, Scientifique) et laisse un large choix à l’enseignant. L’élève acquiert ainsi une vision dynamique de l’histoire des arts et possède des éléments d’une analyse distanciée, ce qui lui permet de prendre conscience des multiples enjeux de la richesse du patrimoine passé et de la création artistique ainsi que des apports des civilisations non européennes.

2e : Analyse des œuvres : la représentation de l’espace ; les enjeux de la description et les voies de l’interprétation (l’iconologie, le langage des signes, …) ; …
Champs d’études : la figure humaine : idéalisation et interdits, normes et réalismes ; urbanisme et société ; la représentation de la mort/du genre ; le sentiment de la nature ; art et théâtre, …

1ère : Histoire économique/sociale de l’art et bouleversements artistiques aux XIXe et XXe siècles ; naissance et développement de nouveaux media (la photographie, le cinéma) ; les arts non européens : de la découverte à l’intégration et l’échange ; architecture et technique ; l’abstraction : une histoire européenne et mondiale, sens et signification ;

Terminale : Le portrait : l’identité de soi/la représentation de l’autre ; l’objet d’art/l’expérience artistique/le monde de l’art : la dimension anthropologique ; art et science ; l’idée de patrimoine : origine et développement actuel ; la constitution d’une discipline : histoire de l’art/histoire des arts ; l’art non pas reflet mais constructeur du social.


Olivier Bonfait, vendredi 18 janvier 2008





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Débats : Y aura-t-il de l’histoire de l’art à l’école ?

Article suivant dans Débats : L’œuvre de Perret à Amiens, le Grand Palais : existe-t-il encore une politique de mise en valeur du patrimoine ?