Exclusif : le Louvre rejoindra ses réserves à Liévin


JPEG - 39.5 ko
Le Pavillon de l’Horloge se dressera
bientôt à environ deux heures de Paris
Photo : Mbzt - CC BY-SA 3.0.

Jean-Luc Martinez a entendu ses conservateurs mais il n’est pas sûr que la décision qu’il vient de prendre, en plein accord avec une ministre de la Culture enthousiaste, et surtout avec Daniel Percheron, le président du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, leur plaise vraiment.

Admettant pour la première fois qu’il est impossible de séparer les réserves des collections permanentes, le président-directeur du Louvre vient d’annoncer que c’est bien l’intégralité du palais du Louvre qui sera déplacé pierre par pierre à Liévin où il sera reconstruit exactement selon la même disposition qu’à Paris, y compris la pyramide de Peï, qui sera seulement peinte en gris pour ressembler à un terril ! Techniquement, cela ne pose aucun problème nous a affirmé Frédéric Didier, l’architecte en chef des monuments historiques chargé du projet. Et si des éléments étaient détériorés pendant le transfert, nous pourrions les reconstituer à l’identique.
Daniel Percheron est enthousiaste, mais il a déjà prévenu : « Nous sommes d’accord pour financer ce chantier, mais ce sera à hauteur de 50,1%. Nous serons enfin majoritaires ! » Conscient du manque de crédit de l’État, Jean-Luc Martinez a accepté cette condition : « Ainsi, le budget est bouclé : nous avons prévu de louer les collections dans plusieurs expositions itinérantes, partout dans le monde, pendant les travaux, puisque nous n’aurons plus de salles. Nous ne demanderons pas un sou au ministère de la Culture et, en plus, ça fera travailler le bâtiment ! » affirme-t-il fièrement.

Ce projet fait une autre heureuse : Anne Hidalgo. Dans une conférence de presse commune avec Fleur Pellerin, Jean-Luc Martinez et Daniel Percheron, celle-ci a déclaré : « Paris n’a pas besoin du Louvre car les touristes viendront de toute façon voir les belles réalisations que j’ai déjà mises en œuvre comme l’extraordinaire place de la République, le Pont des Arts entièrement tagué par les meilleurs artistes du Street-Art - mais sur lequel nous veillerons à laisser des cadenas car le Romantisme, c’est Paris - ou encore la superbe extension de Roland-Garros qui va magnifier comme jamais les Serres d’Auteuil ». Mieux encore : une fois le Louvre parti, elle disposera d’un immense espace à réaménager, au cœur de Paris. « Manuel Valls, l’un des meilleurs soutiens de ma politique à Paris, me l’a confirmé : il est prêt à consentir à la ville un bail emphytéotique sur ces terrains pour une location symbolique d’un euro par an. Paris va enfin devenir la ville ludique, végétalisée et participative qu’impose le XXIe siècle. Ce sera un laboratoire pour tout ce dont j’ai toujours rêvé. »
Et le Louvre dans tout ça ? « Nous avons discuté de cette question avec Jean-Luc Martinez et Daniel Percheron. Ce dernier a été très compréhensif : le Louvre-Lens sera déplacé tel quel à Paris afin de ne pas oublier que, tout de même, le Louvre c’est aussi Paris. La capitale aura donc une antenne du Louvre avec une présentation de chefs-d’œuvre qui sera renouvelée chaque année, dans la galerie du Temps dont le principe restera à peu près inchangé. Cela devrait faire taire tous les grincheux repliés sur leur quant-à-soi qui ne vont pas manquer de protester
Et la façade de Sanaa répondra ainsi à celle que les mêmes architectes vont édifier pour la Samaritaine. Jean Nouvel et Christian de Portzamparc construiront chacun deux tours à l’emplacement des quatre coins de la Cour Carrée, et le reste sera aménagé en terrains de sports pour les futurs Jeux Olympiques ; ce programme comportera bien sûr des crèches et des logements sociaux
 ». « Cela ne coûtera rien aux parisiens, je m’y engage » a-t-elle rajouté.

Pour conclure, toujours mutin, Daniel Percheron se veut grand seigneur : « Et nous, nous ne serons pas rancuniers : nous prêterons la Joconde à l’antenne du Louvre ». Peu de gens l’ont entendu, mais La Tribune de l’Art est en mesure de rapporter la conversation un peu tendue qui s’est déroulée après cette conférence entre Jean-Luc Martinez, Anne Hidalgo et Daniel Percheron.
« - J.-L. M : Euh, monsieur le Président, la Joconde théoriquement ne doit pas bouger du Louvre, elle est trop fragile. Le déménagement à Lens devrait être la seule exception
A. H. Ah non, Daniel Percheron nous a promis la Joconde pour l’inauguration des J.O. ! Une promesse est une promesse...
D. P. : Ne vous inquiétez pas Anne, maintenant, c’est moi qui ait la majorité, 50,1%. Si vous voulez Jean-Luc, on met ça au voix lors du prochain Conseil d’administration (rires)
J.-L. M. : Bon, alors juste un fois hein ?
D. P. Je m’y engage solennellement (rires) ! »


Didier Rykner, mercredi 1er avril 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Le Louvre installe dans ses salles une boutique de bimbeloterie

Article suivant dans Musées : Louvre : le point sur l’affaire des réserves