Éoliennes : un amendement salutaire


JPEG - 60.7 ko
À Lanouée, dans le Morbihan, des éoliennes
de 145 m de haut encadrent le village et son église inscrite
Photo : SPPEF/Jean-Bernard Le Breton

Un des amendements votés par le Sénat à la loi patrimoine fait couler beaucoup d’encre et raconter pas mal de bêtises.
Si cette disposition était votée définitivement, elle ne signifierait rien d’autre que ce qui est écrit : les éoliennes « visibles depuis un immeuble classé ou inscrit au titre des monuments historiques ou d’un site patrimonial protégé et visibles en même temps, situées dans un périmètre déterminé par une distance de 10 000 mètres ne peuvent être implantées que sur avis conforme de l’architecte des Bâtiments de France ».
Il est donc faux d’écrire que cela interdirait l’implantation des éoliennes à moins de 10 000 mètres d’un monument ou d’un site patrimonial. Cela signifierait seulement que l’autorisation de l’Architecte des Bâtiments de France est nécessaire. Ceux-ci pourront parfaitement autoriser l’implantation d’une ou de plusieurs éoliennes si celles-ci ne menacent pas l’environnement et la beauté du monument.

Aujourd’hui, les éoliennes les plus grandes mesurent 150 mètres de haut ! On imagine leur impact sur les paysages, sans même prendre en compte les innombrables nuisances qu’elles causent à l’environnement, la moindre d’entre elles n’étant pas les milliers de tonnes de béton coulés dans les sols agricoles qui ne seront jamais enlevés, même quand on se décidera à éliminer enfin définitivement ces monstres.

Le scandale des éoliennes (inefficacité énergétique, coût exorbitant financé par les contribuables, corruption, pollution visuelle…) est avéré. Il a été prouvé par de multiples études. Que cette forme d’énergie puisse encore passer pour « écologique » laisse songeur.
Mais si l’on doit absolument en implanter tout de même en France, que l’on respecte au moins nos paysages, nos sites naturels, nos monuments historiques. L’avis conforme des ABF permettrait leur développement moins anarchique et les rendrait donc plus acceptables pour la population. Même les partisans du tout éolien devraient être d’accord s’ils n’étaient aveuglés par leur idéologie. Il y a fort à craindre hélas que leur lobbying, particulièrement actif et que l’on voit déjà à l’œuvre dans certains articles de presse, ne vienne menacer cette mesure de bon sens lors du retour de la loi devant l’Assemblée Nationale.


Didier Rykner, jeudi 25 février 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Politique : Le maire de Saint-Tropez attaque en diffamation… puis se désiste au dernier moment

Article suivant dans Politique : Le Musée des Tissus et des Arts décoratifs au bord du gouffre