Deux œuvres préemptées chez Sotheby’s par le Louvre et Angers


JPEG - 70.9 ko
1. Ecole bourbonnaise
Narcisse se mirant dans la fontaine d’amour,
épié par Echo
, premier quart du XVIe siècle
Encre brune, lavis brun - 20 x 16 cm
Paris, Musée du Louvre

15/11/12 - Acquisitions - Paris, Musée du Louvre et Angers, Musée des Beaux-Arts - Lors de la vente de la « Collection d’un érudit parisien » proposée par Sotheby’s à Paris le 9 novembre dernier, le Musée du Louvre a préempté un dessin bourbonnais réalisé autour de 1515, Narcisse se mirant dans la fontaine d’Amour, épié par Écho, adjugé 48 750 euros avec les frais (ill. 1). La composition est proche du feuillet 50 (verso) du Recueil Robertet conservé à la BnF et comporte en outre le même sizain en moyen français qui évoque les faiblesses de chacune des vertus de Narcisse : la beauté sans bonté, l’honneur sans valeur...
Le dessin serait antérieur au vélin Robertet. Ce recueil du début du XVIe siècle porte le nom d’une puissante famille sujette des Bourbon, François Robertet notamment était secrétaire du duc. Il réunit des poèmes très divers, illustrés à l’encre et au lavis : on passe ainsi des Triomphes de Pétrarque transposés en vers français par Jean Robertet (1405-1492) aux Dictz moraux d’Henri Baude (vers 1415-1490), accompagnés de Proverbes communs ; sont également évoquées les neuf Muses puis sept femmes célèbres de l’Antiquité grecque et romaine, tandis que Jean Robertet a composé un cycle sur les douze sibylles. Ce recueil est destiné à éduquer les grands de ce monde et à les prévenir des dérives du pouvoir en puisant des exemples chez les auteurs antiques, médiévaux et modernes.

JPEG - 66.3 ko
2. Jean-Baptiste Le Prince (1734-1781)
L’Amour à l’espagnole, 1773
Huile sur toile - 73,5 x 60 cm
Angers, Musée des Beaux-Arts
Photo : Sotheby’s

Le musée des Beaux-Arts d’Angers a, quant à lui, fait préempter pour son compte une peinture de Jean-Baptiste Le Prince représentant une femme endormie qu’un jeune homme veut éveiller au son de sa guitare, intitulée L’Amour à l’espagnole (ill. 2). ; elle a été adjugée 240 750 euros. Outre sa qualité, l’acquisition de ce tableau s’explique par sa provenance. Il a en effet appartenu au Marquis de Laborde puis au Marquis de Livois dont une partie de la collection de peintures constitue le noyau du musée d’Angers.
Jean-Baptiste Le Prince se forma auprès de Vien et de Boucher avant de partir pour l’Italie vers 1754, il séjourna ensuite en Russie d’où il rapporta de nombreux dessins. Son morceau de réception à l’Académie fut d’ailleurs le Baptême russe (1765, Louvre).
Le tableau acquis par Angers n’était connu que par une gravure de Gabriel de Saint Aubin. Il fut exposé au Salon de 1773 en même temps qu’une Femme allongée sur un canapé et figurait en 1791 dans Le Catalogue raisonné d’une très belle collection de tableaux qui composaient le cabinet de feu M. de Livois à Angers.

English Version


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 15 novembre 2012





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La donation Hornstein à Montréal (3)

Article suivant dans Brèves : Deux tableaux acquis par le Musée de Fécamp