David d’Angers, les visages du romantisme Contenu abonnés


Paris, Cabinet des Médailles, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, du 22 novembre 2011 au 25 mars 2012.

JPEG - 57.5 ko
1. Pierre-Jean David d’Angers (1788-1856)
Albert de Luynes, 1840
Plâtre - D. 17 cm
Paris, Cabinet des médailles
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

En 1844, David d’Angers offrait au Cabinet des médailles l’ensemble des plâtres originaux de ses médaillons, qui y entrèrent définitivement après sa mort en 1856. Ces œuvres, étapes indispensables dans le processus de création, furent comme tout un pan de la sculpture en plâtre du XIXe siècle victimes du désintérêt pour ce matériau au cours du XXe siècle, jusqu’à la fin des années 70, qui aboutit à une vague de destructions d’autant plus invraisemblable qu’elle eut lieu dans des musées. On ne pouvait pourtant même pas invoquer dans leur cas l’encombrement qui fut souvent le prétexte avoué de ce vandalisme.
Les médaillons en plâtre de la Bibliothèque nationale, dont le souvenir n’était pas tout à fait perdu1 furent donc progressivement délaissés puis oubliés dans les combles, ce qui aboutit finalement à une destruction partielle. Redécouverts récemment par Inès Villela-Petit et Thierry Laugée, ils en reste aujourd’hui à peine plus de 150 sur 358...

JPEG - 50.4 ko
2. Pierre-Jean David d’Angers (1788-1856)
Jules Michelet, 1834
Plâtre - D. 15,3 cm
Paris, Cabinet des médailles
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

L’exposition qu’organise jusqu’au 25 mars 2012 le Cabinet des Médailles présente 45 de ces objets (ill. 1 et 2), accompagnés de quelques moules de même provenance (ill. 3), ainsi que de 62 bronzes (ill. 4) faisant partie de l’ancienne collection d’Achille Devéria. Ces plâtres restaurés, comme cela est bien expliqué dans le catalogue, sont d’une finesse d’exécution extrême puisqu’ils sont les premiers exemplaires directement tirés, par l’intermédiaire d’un moule en plâtre, des cires modelées par David d’Angers. Ils étaient utilisés ensuite pour faire un nouveau moule qui servait à créer le chef-modèle en bronze permettant la production des médaillons définitifs par le fondeur. Une cire représentant Jean-Baptiste Kleber…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Boîtes en or et objets de vertu au XVIIIe siècle

Article suivant dans Expositions : Majolique. La faïence italienne au temps des humanistes