Das schönste Museum der Welt. Museum Folkwang bis 1933 Contenu abonnés


Le plus beau musée du monde, Flokwang Museum from 20 mars 2010 au 25 juillet 2010

JPEG - 46.2 ko
1. Franz Marc (1880-1916)
Chevaux aux pâturage IV, Les chevaux rouges, 1911
Cambridge, Harvard Art Museum
Photo : resident and Fellows of Harvard College/ Rick Stafford
Voir l'image dans sa page

Essen, autrefois le cœur de la Ruhr industrielle, a été élue cette année Capitale Culturelle de l’Europe. Pour marquer l’événement, le Musée Folkwang a organisé une exposition ambitieuse intitulée Le plus beau musée du monde. Son objectif : réunir, ne serait-ce que le temps d’une exposition temporaire, les chefs d’œuvre du fonds du musée vendus par les nazis et aujourd’hui dispersés parmi collectionneurs privés et grandes institutions du monde entier.
Le titre de l’exposition rappelle une remarque de Paul J. Sachs, co-fondateur du MOMA, lors de sa visite à Essen en 1932, à une époque où le musée avait la réputation de posséder l’une des collections d’art moderne les plus avant-gardistes et les plus audacieuses du monde.

Pour comprendre l’importance de cette exposition, un petit retour en arrière s’impose. Karl Ernst Ostung, le jeune amateur d’art à qui le musée doit sa conception, était ami des groupes die Brucker et die Blaue Reiter. Il achetait régulièrement des toiles auprès de Max Beckmann, Ernst Ludwig Kirchner, Karl Schmitt-Rottluf Emil Nolde, Wassily Kandinsky et Franz Marc. Il fut parmi les premiers acheteurs d’œuvres de Matisse, Cézanne, Van Gogh et Gauguin. A sa mort en 1922, sa collection personnelle à Hagen a été fusionnée avec la collection municipale d’Essen, sous la direction d’Ernst Gosebruch. Il était également amateur d’art non européen, en provenance d’Afrique, de Nouvelle-Guinée et d’Extrême Orient, qu’il exposait à côté de sculptures gréco-romaines et de peintres européens.
En 1933, les nazis obligèrent Gosebruch à démissionner. Son successeur, Klaus Graf von Baudissin, dénicheur chevronné d’art « non germanique et dégénéré », préleva pas moins de 1450 œuvres de la remarquable collection d’Essen. Certaines furent mises en vente, d’autres…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Dévotion baroque. Trésors du musée de Chaumont

Article suivant dans Expositions : Edgard Maxence 1871-1954, les dernières fleurs du symbolisme