Dévotion baroque. Trésors du musée de Chaumont Contenu abonnés


Chaumont, Musée de la Crèche, du 19 septembre 2009 au 20 septembre 2010.

JPEG - 124.4 ko
1. Atelier de Gregorio Vásquez
(1638-1711)
La Vierge des Neiges (avec son cadre)
Huile sur Toile - 74 x 48 cm
Chaumont, Musée
Photo : Philippe Fuzeau
Voir l'image dans sa page

Nos musées sont proprement inépuisables. Que ne se mettent-ils à scruter leurs fonds, à revoir, remettre en question leurs sélections, à cataloguer enfin et vraiment leurs collections (sur ce plan-là, on ne saurait jamais trop en faire, allez !). Et, chemin faisant, que de belles et bonnes expositions à attendre en retour, qui ne seront pas forcément dispendieuses ni les moins intéressantes, ni les plus inutiles. C’est ce dont s’est avisé il y a quelque temps – le temps d’une savante et soigneuse enquête comme il convient, assortie d’un peu de restaurations salutaires et bienvenues – le musée de Chaumont. Sa conservatrice, Raphaële Carreau, a trouvé sur place un sujet peu convenu et tout à fait fructueux, porteur de toutes nos curiosités et recherches d’évasion : cultures lointaines et pourtant proches d’une Amérique latine, dévotion chrétienne aux savoureux accents, renouvellement des formes, esthétique d’un primat décorativiste très dépaysant, métissage et interférence des traditions, charme(s) de l’ailleurs, de l’ancestral, de la pureté des images... Il y avait au départ la démarche, assez inattendue mais très attachante, d’une collectionneuse originale, Lucie Jacquinot (1891-19761, passionnée depuis l’enfance par la brocante et les visites chez les antiquaires, de bonne bourgeoisie aisée (un grand-père banquier), parisienne qui se souvint d’avoir passé une partie de sa jeunesse à Chaumont (son père était commandant de gendarmerie) et revint là en 1967, à la fin de sa vie, pour y installer un véritable petit musée de son choix et selon son idéal éducatif2, déployant ses hétéroclites collections dans un hôtel du XVIIIe siècle que lui loua dans la vieille ville la municipalité : le tout déboucha sur une vente viagère conclue avec Chaumont en 1971, comprenant plus de 700 numéros à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Un siècle de paysages. Les choix d’un amateur

Article suivant dans Expositions : Das schönste Museum der Welt. Museum Folkwang bis 1933