Château de Fontainebleau : deux acquisitions et une souscription Contenu abonnés


JPEG - 105.8 ko
1. Atelier d’Ambroise Dubois (1543-1614)
Clorinde tentant d’incendier
la tour édifiée par les croisés

Huile sur toile - 137,5 x 108 cm
Fontainebleau, Château
Photo : Artcurial

9/12/14 - Acquisition, mécénat - Fontainebleau, Château - Deux œuvres ont été acquises par le Château de Fontainebleau. La première est une peinture attribuée à l’atelier d’Ambroise Dubois (ill. 1) passée en vente chez Artcurial à Paris le 18 novembre 2014 et adjugée 10 300 euros (avec les frais). Le sujet est tiré de La Jérusalem délivrée du Tasse : la musulmane Clorinde tente d’incendier la tour édifiée par les croisés. Elle sera ensuite poursuivie et combattue par son amant, le chevalier chrétien Tancrède, qui finit par lui porter un coup mortel avant de la reconnaître ; elle eut le temps de se convertir au christianisme et mourut dans ses bras. Le tableau décompose l’action en deux temps : Clorinde est représentée menaçante au premier plan vêtue d’une cuirasse bleue, accompagnée d’Argan, guerrier musulman tandis qu’ au second plan, elle s’approche de la tour une flamme à la main.
Ambroise Dubois peignit entre 1600 et 1606 une série de huit tableaux, intitulée L’Histoire de Tancrède et Clorinde, pour le cabinet de Marie de Médicis. Ils étaient placés au-dessus des lambris mais furent déposés au XVIIIe siècle. Aujourd’hui le château en conserve six : Clordinde devant Aladin, Tancrède et Clorinde à la Fontaine, Le Camp des Croisés devant Jerusalem, L’Assaut de Jérusalem, Le Combat de Tancrède et de Clorinde, Le Baptême de Clorinde.
La version originale de Clorinde au pied de la tour des croisés a disparu, mais l’on en connaissait deux versions, l’une dans un château français, l’autre au musée Wuyts-Van Campen et Baron Caroly à Lierre. Cette peinture en offre donc une troisième version, datée autour de 1616-1620 qui, malgré des lacunes, des usures et des repeints, permet de compléter le cycle.

JPEG - 108.2 ko
2. Manufacture impérale de Sèvres
Pierre-Nolasque Bergeret (1782-1863)
Vase, 1807

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Ribera offert au Städel Museum de Francfort

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Jean Pillement acquis par le Musée des Beaux-Arts de Rennes