Charles Maurin. Un symboliste du réel Contenu abonnés


Auteur : Maurice Fréchuret

jpg-couverture_maurin-jpgPublié à l’occasion de l’exposition qui se tient au musée Crozatier du Puy-en-Velay jusqu’au 30 septembre 2006, cet ouvrage se présente plus comme une véritable monographie que comme un catalogue. Dû entièrement à Maurice Fréchuret (à l’exception de deux courts textes protocolaires), et fruit de ses recherches approfondies, il apporte sur cet artiste peu étudié une somme tout à fait conséquente. On peut d’ailleurs s’étonner que dans un tel cas, le nom de l’auteur ne figure pas sur la couverture du livre : la mention, à la troisième page, « textes de » reflète-t-elle vraiment le rôle de son unique contributeur ? La thèse de Maurice Fréchuret, consacrée à l’artiste natif du Puy (soutenue en 1986 à l’Université de Lyon II), bien que citée dans l’introduction, ne figure d’ailleurs pas dans la bibliographie (ce qui rend nombre de renvois énigmatiques au premier abord) ; son titre est pourtant repris exactement pour l’exposition et le catalogue. Quoi qu’il en soit, le lecteur averti rendra à César ce qui appartient à César et constatera à quel point cette publication, indépendamment même de l’exposition qu’elle accompagne, comble avec bonheur une lacune de l’historiographie.

JPEG - 17.9 ko
1. Charles Maurin (1856-1914)
François-Rupert Carabin, 1892
Huile sur toile - 45 x 37 cm
Le Puy-en-Velay, Musée Crozatier
Photo : Musée Crozatier

Le sous-titre paradoxal « Symboliste du Réel » tente de faire la synthèse d’une œuvre partagée entre des aspirations apparemment divergentes, mais qui possède pourtant sa logique. L’ouvrage, largement issu de la thèse déjà citée, livre donc un ensemble documentaire propre à reconstituer la biographie de l’artiste, son milieu, ses amitiés. Les liens de Maurin avec son ami du Puy le Docteur Reynaud, la rencontre non exempte de brouilles avec Félix Vallotton, le milieu montmartrois et Toulouse-Lautrec et le mécénat d’Henry Laurent forment un chapitre conséquent qui permet de découvrir l’homme autant que l’artiste, ses affinités, ses convictions. On y…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Le Louvre à l’époque romantique. Les décors du Palais (1815-1835)

Article suivant dans Publications : Jacques Lemercier. Architecte et ingénieur du roi