Jacques Lemercier. Architecte et ingénieur du roi Contenu abonnés


Auteur : Alexandre Gady

jpg-couverture_lemercier-jpgCette monographie de Jacques Lemercier, la première jamais dédiée à cet architecte, est parue sensiblement en même temps que celle de François Du Quesnoy que nous avons récemment recensé (voir l’article). Comme cette dernière, elle témoigne des qualités dont font preuve toute une génération de jeunes historiens de l’art français. Ce volume est en effet remarquable, d’une grande clarté, très bien structuré, et passionnant à lire, même pour les béotiens en matière d’architecture.

L’ouvrage est divisé en trois grandes parties. La première est consacrée à la biographie de Lemercier, suivie de son « portrait », c’est-à-dire de l’étude de son caractère, de sa manière de travailler, de ses liens avec ses commanditaires, de ses relations avec les peintres et sculpteurs avec lesquels il eut à collaborer ou de ses rapports, confraternels ou non, avec les autres architectes. On apprend ainsi qu’il était proche de Philippe de Champaigne, ce qui n’étonne pas, mais qu’il s’entendit fort mal avec Poussin avec lequel il dut collaborer pour le décor avorté de la Galerie du Louvre lors de la venue du peintre à Paris en 1640-1642. A partir des archives et des témoignages des contemporains, Alexandre Gady réussit à rendre son héros vivant, et proche finalement du portrait qu’en a laissé le peintre de Port-Royal.

La deuxième partie s’attache à comprendre le travail de Lemercier, ce qui fait sa spécificité et son génie. Il paraît sage, pour un architecte, de distinguer ainsi sa vie de l’examen de sa production, car celle-ci ne peut être étudiée de manière linéaire. Aidé de nombreux collaborateurs et maçons, entouré par sa famille dont tous les membres, peu ou prou, travaillèrent dans le bâtiment, Lemercier était à la tête d’une véritable agence et menait de front plusieurs projets. Les difficultés qui existent souvent pour identifier le rôle exact du « maître de l’ouvrage » comme on désignait joliment le commanditaire, la nature même de l’architecture dont la description est plus…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Charles Maurin. Un symboliste du réel

Article suivant dans Publications : Dans les coulisses du Musée Fesch. Chronique d’une résurrection